Nucléaire. L’Iran annonce qu’il va enrichir de l’uranium à 60 %, les négociations à Vienne sous tension

The Wall Street Journal (New York)
·1 min de lecture

L’Iran a annoncé ce mardi 13 avril qu’il comptait enrichir de l’uranium à 60 %, deux jours après un incident sur le complexe nucléaire de Natanz. Pour le Wall Street Journal, cette décision aura un impact sur les discussions pour sauver l’accord sur le nucléaire iranien.

C’est une annonce qui pourrait perturber les négociations en cours à Vienne entre l’Iran, la Russie, la Chine et plusieurs pays occidentaux, selon le Wall Street Journal. Deux jours après la panne d’électricité de l’usine d’enrichissement d’uranium de Natanz, les autorités iraniennes ont annoncé via l’agence de presse officielle Irna qu’elles allaient enrichir de l’uranium à 60 %. Une lettre a par ailleurs été envoyée à l’Agence internationale de l’énergie atomique. Le ministre des affaires étrangères adjoint du pays Abbas Araghchi, qui a relayé la nouvelle, n’a pas précisé le calendrier.

Le pays enrichit déjà de l’uranium à 20 % en isotope 235, précise le journal américain. “Mais ce nouvel objectif représente un pas de plus vers la mise au point d’armes [nucléaires].” Il pointe du doigt les inquiétudes soulevées par cette annonce : l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 prévoit en effet que l’Iran ne pourra enrichir de l’uranium que jusqu’à 3,67 % pendant 15 ans sur le seul site de Natanz.

À lire aussi: Décryptage. La stratégie d’isolement de l’Iran est un échec

La république islamique est actuellement en discussion avec les pays membres de l’accord – la Russie, la Chine, l’Allemagne, le Royaume-Uni et la France, sous l’égide de l’Union européenne – pour tenter de sauver cet accord. Washington, qui est

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :