Publicité

Nouvelles révélations sur le scandale des eaux minérales de Nestlé Waters

L'usine d'eau minérale de Vittel, qui appartient au groupe Nestlé.  - Credit:Alamy / Alamy/ABACA
L'usine d'eau minérale de Vittel, qui appartient au groupe Nestlé. - Credit:Alamy / Alamy/ABACA

Nouvelles révélations dans le scandale du traitement par Nestlé de ses eaux minérales. Selon Le Monde et France Info, qui ont dévoilé l'affaire en janvier dernier, la qualité sanitaire des eaux du groupe n'est pas garantie. Nestlé Waters commercialise San Pellegrino, Vittel, Perrier, Hépar ou encore Contrex.

C'est la conclusion d'une expertise confidentielle demandée par les agences régionales de santé (ARS) du Grand Est et d'Occitanie, et menée par l'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) dans le laboratoire d'hydrologie de Nancy en octobre 2023.

À LIRE AUSSI « Polluants éternels » à Salindres : faut-il vraiment s'alarmer ? Le rapport, dévoilé ce jeudi 4 avril, signale « un niveau de confiance insuffisant concernant l'évaluation de la qualité des ressources, notamment en ce qui concerne la variabilité des contaminations et leur vulnérabilité microbiologique et chimique  ». Les experts de l'Anses regrettent par ailleurs n'avoir eu accès qu'à des informations «  tronquées et parcellaires » de la part de Nestlé.

En janvier, le groupe avait affirmé que la sécurité sanitaire de ses produits était «  garantie » et qu'il s'agissait de leur « priorité absolue ».

« Plan de surveillance renforcé  » des sites de production

D'autre part, le rapport alerte sur la présence de PFAS, ces polluants éternels dont l'interdiction est soutenue par les députés écologistes dans leur niche ce jeudi 4 avril. Dans certains cas [...] Lire la suite