Nouvelle-Zélande. Malédiction, la ville de Christchurch se sépare de son sorcier

·1 min de lecture

Sous son chapeau pointu, Ian Brackenbury Channell, 88 ans, faisait sensation dans cette ville du sud de la Nouvelle-Zélande et même au-delà. Congédié, le “sorcier officiel” est furieux. Ira-t-il jusqu’à jeter un sort à son ancien employeur ?

Après vingt-trois ans de bons et loyaux services, Ian Brackenbury Channell, sorcier de son état, a été remercié, annonce le site Stuff. La ville de Christchurch qui l’employait et lui versait chaque année 16 000 dollars néo-zélandais (près de 10 000 euros) a considéré que ses sorts, son chapeau pointu et sa longue barbe ne correspondaient plus à l’image de modernité qu’elle entend désormais mettre en avant.

L’intéressé ne décolère pas. “C’est une bande de bureaucrates sans aucune imagination, peste-t-il. Ils ne réfléchissent pas aux moyens de promouvoir Christchurch à l’étranger. Tout ce qu’ils font, c’est protéger leur image de bureaucrates qui boivent des latte sur le boulevard. Leur idée de Christchurch n’a rien à voir avec le véritable patrimoine de la ville. L’image originale de Christchurch, c’est moi.”

À lire aussi: États-Unis. La revanche des sorcières

Né en Grande-Bretagne, Ian Brackenbury Channell est arrivé d’Australie à Christchurch en 1974. “Il a presque aussitôt fait les gros titres avec ses apparitions en grande tenue sur Cathedral Square et ses coups publicitaires farfelus”, se souvient Stuff. Et, ajoute la correspondante du Guardian à Wellington, “quand, au début, le conseil municipal a voulu l’en empêcher, le public a protesté”.

Mage de l’Antarctique

En 1990, c’est même le Premier ministre d’alors, Mike Moore, qui l’a sollicité pour qu’il devienne le sorcier de toute la Nouvelle-

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles