Nouvelle vidéo choc de L214 dans un abattoir de dindes

·2 min de lecture

Un abattoir de dindes dans le Cher est menacé de suspension d'agrément pour non respect de la condition animale. L214 a sorti une vidéo mercredi filmée au sein de l'entreprise qui vend sa viande notamment à la marque Le Gaulois. 

L'abattoir de Blancafort est dans le viseur de L214. L'association de défense des animaux a porté plainte contre l'établissement situé dans le Cher pour mauvais traitement envers les animaux après avoir relevé plusieurs manquements à la législation. Dans une vidéo tournée en octobre dernier par un employé de l'abattoir, on aperçoit des dindes conscientes suspendues par les pattes à une chaîne et leur tête raclant le sol. Cette chaîne les mènent à un bac d'eau électrifiée mais elle «est si longue», note L214, que «les dindes peuvent rester suspendues, conscientes, pendant plus de 2 minutes, temps qui dépasse le maximum autorisé par la réglementation». «Les installations ne permettent pas d'accéder aux animaux sur toute la chaîne d'abattage, (...) rendant impossible toute intervention en cas d'urgence», peut-on encore lire dans le communiqué.

A lire aussi : L214 dévoile le sort des cochons d’un élevage Herta

L'association a également mis en lumière des problèmes dans le transport des dindes entre l'élevage et l'abattoir, qui vend sa viande notamment sous la marque Le Gaulois. Elles sont entassées dans des caisses trop basses, empêchant «une ventilation adéquate» qui «peut entraîner chez les oiseaux un stress thermique». Les dindes qui ne survivent pas au transport sont jetées à la poubelle une fois arrivées à l'abattoir. Selon L214, l'entreprise du Cher abat 75.000 dindes par semaine.

La Préfecture menace l'abattoir de suspendre son agrément

Le rappeur Gringe, qui a fait la voix off de cette vidéo qui montre les conditions d'abattage des oiseaux, s'est associé à L214 pour réclamer la fermeture de l'abattoir. «Je compte sur vous pour signer en masse la pétition. Pour ces oiseaux, c'est la souffrance de leur premier à(...)


Lire la suite sur Paris Match