Dix blessés dans un nouvel attentat à Surabaya, en Indonésie

Des policiers se déploient sur les lieux d'une explosion à Surabaya en Indonésie. Un attentat suicide commis par une famille a fait dix blessés lundi à Surabaya, deuxième ville d'Indonésie, où des actes similaires ont coûté la vie à 13 personnes la veille, rapporte la police. /Photo prise le 14 mai 2018/REUTERS/Beawiharta (Reuters)

SURABAYA, Indonésie (Reuters) - Un attentat suicide commis par une famille a fait dix blessés lundi à Surabaya, deuxième ville d'Indonésie, où des actes similaires ont coûté la vie à 13 personnes la veille, rapporte la police.

Cinq membres de la famille, dont un enfant de huit ans, arrivés à moto ont mis leurs explosifs à feu vers 8h50 (01h50 GMT) à un point de contrôle, devant un commissariat, a annoncé Tito Karnavian, chef de la police locale.

Le plus jeune a survécu, a-t-il précisé, ajoutant que des bombes avaient été retrouvées par la suite lors de perquisitions effectuées dans les faubourgs de Surabaya.

Quatre policiers et six civils ont été blessés, a déclaré un porte-parole de la police de Java oriental.

En fin de journée, l'organisation djihadiste Etat islamique a revendiqué ce nouvel attentat, via son organe de propagande, Amaq.

Le président Joko Widodo a dénoncé des actes "lâches, indignes et barbares" et a promis une nouvelle législation antiterroriste.

Dimanche, les attentats suicide qui ont fait 13 morts et 40 blessés ont été commis par les membres d'une famille devant trois églises de Surabaya. La police les a imputés au groupe Jemaah Ansharut Daulah (JAD), lié à l'Etat islamique (EI), qui compterait plusieurs centaines de sympathisants en Indonésie.

Le père de la famille impliquée dans ces attaques dirigeait une cellule du groupe JAD à Surabaya, a précisé Tito Karnavian.

(Kanupriya Kapoor et Ed Davies; Danielle Rouquié et Jean-Philippe Lefief pour le service français)