Publicité

Des nouveaux puits de pétrole risquent d’être construits près de Bordeaux, et ça ne passe pas du tout

ENVIRONNEMENT - Le bassin d’Arcachon, un Far West du pétrole ? Alors qu’une cinquantaine de puits de pétrole sont encore actifs dans la forêt de Teste-de-Buch, huit nouveaux forages pourraient bientôt être approuvés. La décision du préfet de Gironde est attendue avant la mi-2024, et ce dimanche 11 février, une manifestation est prévue à Bordeaux pour dire « NON » à ce projet « écocidaire » porté par le groupe canadien Vermilion Energy.

Manifestations des agriculteurs : sauver le climat est impossible sans une vraie transition agricole

« Le plus choquant, c’est que les puits sont exactement là où ça a brûlé », explique Nathalie, membre du collectif Stop Pétrole Bassin d’Arcachon, en se rappelant les mégafeux de 2022. Un traumatisme pour de nombreux habitants, qui avaient vu 7000 hectares partir en fumée, et l’une des raisons qui poussent ces collectifs locaux à s’organiser.

« Le bassin d’Arcachon est un territoire soumis à quasiment tous les risques naturels : érosion, inondation, submersion et sécheresse », rajoute Bruno, qui fait partie de l’association des Écocitoyens du Bassin d’Arcachon. Il habite à 25 minutes en voiture des puits de pétrole déjà existants, et il estime que creuser des nouveaux puits, c’est être dans le déni. « La planète a des limites, tout comme le bassin d’Arcachon, et il y aura forcément des conséquences ».

Ni ici, ni ailleurs

Face à ces inquiétudes, c’est l’argument d’un pétrole français et local qui prime. Mais là encore, ça ne passe pas auprès des résidents. « L’argument du pétrole local il n’est pas entendable, ce qui est local ici ce sont les huîtres », souffle Bruno. Car si les militants pointent du doigt les spécificités du bassin d’Arcachon, ils précisent bien que toute nouvelle ouverture de puits est problématique. « On ne veut plus de nouveaux puits, que ce soit ici ou ailleurs », résume Nathalie.

Au micro d’Hugo Décrypte en septembre dernier, Emmanuel Macron avait pourtant lui aussi fait part de sa volonté de sortir des énergies fossiles. Depuis 2017, la loi Hulot interdit également de délivrer de nouveaux permis de recherche d’hydrocarbures. Sauf qu’il y a une entourloupe : en France, les concessions pétrolières existantes ne prendront fin qu’en 2040, et en attendant, elles peuvent toujours être étendues, que ce soit dans le temps ou dans l’espace... d’où la possible extension du mandat d’exploitation de Vermilion Energy.

Alors est-ce que le bassin d’Arcachon va continuer d’être un Far West français du pétrole ? C’est le préfet de la Gironde, Etienne Guyot, qui va décider, et peut-être que d’ici là, la planète aura encore battu des records de chaleur.

À voir également sur Le HuffPost :

Climat : janvier 2024 est le plus chaud enregistré à l’échelle mondiale, huitième mois record consécutif

La station de Gréolières-les-Neiges change de nom pour coller à la réalité du changement climatique