Publicité

Un nouveau système de caméra pour voir le monde comme les animaux

Certains animaux perçoivent plus de couleurs que les humains, d’autres moins : un défi pour les chercheurs ou les réalisateurs de films animaliers, qui ne sont pas munis des mêmes yeux. Un nouveau système de caméra et un logiciel leur viennent désormais en aide, reproduisant les couleurs perçues par différents animaux avec une précision de plus de 90 %.

Imaginez une abeille en quête de nectar qui tourbillonne autour d’un coquelicot. Incapable de distinguer le rouge, elle perçoit néanmoins le rayonnement ultraviolet (UV) émanant de la fleur. Pour elle, les étamines au centre du coquelicot forment une cible qui rayonne tel un signal lumineux. Cette cible ultraviolette est invisible pour nos yeux. Nous pensons que la fleur est d’une seule couleur, le rouge.

Pour remédier à ce problème, des chercheurs de l’Université de Sussex (Royaume-uni) et de l’Université George Mason (États-Unis) ont développé un nouveau système de caméra et un logiciel en open source (dont le code source est disponible et librement adaptable) pour capturer des vidéos mettant en évidence les spécificités de la vision de divers animaux. Leurs travaux sont parus le 23 janvier 2024 dans la revue Plos Biology.

Voir les couleurs comme les animaux

Les animaux perçoivent le monde différemment de nous en raison des capacités des photorécepteurs de leurs yeux. La reconstitution des couleurs que les animaux voient réellement peut aider les scientifiques à mieux comprendre comment ils communiquent et naviguent dans le monde qui les entoure.

Or, les caméras actuelles sont calibrées pour la vision humaine. Et les méthodes traditionnelles d’obtention d’images en "fausses couleurs" – comme la spectrophotométrie – prennent souvent beaucoup de temps, nécessitent des conditions d’éclairage spécifiques et ne permettent pas de capturer des images en mouvement.

"Notre système nous permet désormais de filmer les couleurs telles qu’elles sont perçues par les animaux dans leurs milieux naturels", explique à Sciences et Avenir Daniel Hanley, professeur de biologie à l’Université George Mason (États-Unis) et co-auteur de l’étude. A découvrir dans la vidéo ci-dessous.

Une précision de plus de 92 %

Pour y parvenir, les chercheurs ont assemblé deux caméras Sony α6400 disponibles dans le commerce, un objectif pour agrandisseur Nikon El-Nikkor laissant passer la lumière UV,[...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi