Normandie, Provence... Ce que Macron a prévu pour les commémorations des 80 ans du débarquement

Un long parcours à travers la France. Emmanuel Macron se rendra le 16 avril dans le Vercors pour lancer les commémorations du 80e anniversaire du Débarquement. Ce rendez-vous est le prélude d'un "vaste programme" composé de milliers d'"événements locaux" ou de "portée nationale ou internationale", a-t-il indiqué ce mercredi 6 mars dans une vidéo publiée sur X (ex-Twitter).

L'Élysée vante "un agenda national qui soulignera, dans un moment particulièrement pertinent, le prix de la liberté, l’importance de l’engagement, ce qu’est une alliance, le rôle des territoires", avec une "dimension populaire".

"On ne saurait résumer l’agenda à l’activité du président. C’est bien une mobilisation globale, scandée par des moments qu’il a voulus marquer plus particulièrement de sa présence", précise le Palais.

Une dizaine d'étapes déjà programmées

  • 16 avril: Emmanuel Macron rendra hommage aux résistants de l’intérieur à Vassieux-en-Vercors dans la Drôme.

  • 8 mai: dans l’après-midi, le président se rendra à Marseille pour rendre hommage à la résistance marseillaise et ses alliés.

  • 5 juin: les commémorations du débarquement commenceront en Bretagne, où a été recensé le premier mort militaire, avec un hommage aux actions des parachutistes de la France libre et de la résistance en Bretagne. Le premier mort militaire du débarquement est en effet décédé en Bretagne. Suivra un hommage aux victimes civiles à Saint-Lô (Manche), "capitale des ruines", "très lourdement bombardée par les alliés à ce moment-là".

  • 6 juin: une cérémonie internationale sera organisée en Normandie, en présence de près de 200 vétérans britanniques, américains ou encore canadiens, pour certains très âgés. "Il s’agit de profiter de leur présence pour leur rendre hommage jusqu’au bout", a précisé l'Élysée.

  • 7 juin: Emmanuel Macron se rendra à Bayeux, "pour commémorer la permanence de la République et de ses valeurs ", précise son entourage. Un déplacement à Cherbourg est également prévu.

  • 10 juin: le président de la République sera à Tulle (Corrèze) puis à Oradour-sur-Glane Haute-Vienne pour rendre hommage aux victimes de la barbarie nazie.

  • 16 ou 17 juin: un hommage aux résistants de Provence sera organisé en deux temps. D'abord sur les lieux du débarquement historique, avec les nations qui y ont contribué. Puis dans les terres, pour saluer l’action résistante en Provence.

  • 18 juin: le président rendra un hommage au général de Gaull au Mont-Valérien (Hauts-de-Seine). Suivra un déplacement à l'île de Sein, commune décorée parmi les Compagnons de la Libération.

  • 14 juillet: la Fête nationale ne sera pas à proprement parler un élément des cérémonies de commémoration, mais le président y "évoquera l’universalité des valeurs portées par ceux qui ont libéré le pays en 1944".

  • Fin novembre: la libération de Strasbourg sera commémorée, avec "derrière en écho la valorisation de l’Europe comme réponse à la guerre", explique l'Élysée.

"Une année de transmission"

Emmanuel Macron veut que "cette année qui vient", soit "une année de transmission". Au-délà des commémorations physiques et des déplacements, l'Élysée informe qu'une sorte de "collecte" sera lancée pour "recueillir tout ce qu’il reste de documents d’époque". "Cette collecte sera étendue pour la première fois aux archives audiovisuelles", précise le palais.

La démarche d’attribution des noms de combattants, de résistants et de libérateurs aux rues et aux lieux publics va par ailleurs être "relancée" sur le souhait du président de la République.

Emmanuel Macron "encourage" également "chaque commune à s’approprier sa propre libération (...) en pavoisant et en faisant résonner les cloches pour sa propre libération", transmet l'Élysée.

Son objectif: constituer "un imaginaire, des cadres, des références, des figures et des événements qui nous rassemblent tous au sein d’une même Nation", conclut le palais.

Article original publié sur BFMTV.com