Publicité

No Comment : les Palestiniens déplacés manquent de tout

L'armée israélienne affirme que les civils de Gaza devraient se rendre à Muwasi, un camp de réfugiés long et étroit devenu une petite ville du sud de Gaza, avec la côte d'un côté et les champs agricoles de l'autre.

Il s'agit d'une soi-disant « zone de sécurité » qui ne subira pas d'attaques israéliennes, ont-ils déclaré, et où les fournitures de base seront disponibles.

Mais pour plus de 1,87 million de Palestiniens déplacés par la guerre qui a éclaté après que les militants du Hamas ont lancé une attaque brutale contre Israël, aucun soutien n’a été reçu.

Au lieu de cela, Muwasi n’est guère plus qu’un simple refuge de l’ONU si surpeuplé qu’il ne peut pas accueillir de nouveaux arrivants.

Dans d'autres refuges du sud, les maladies transmissibles ont considérablement augmenté, ainsi que les cas de diarrhée, d'infections respiratoires aiguës, d'infections cutanées et de problèmes d'hygiène tels que les poux, a indiqué l'ONU.

Le chef de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés palestiniens a déclaré mercredi à l’Associated Press qu’il n’y avait pas de refuge sûr pour les civils dans la bande de Gaza assiégée – pas même dans les abris de l’ONU et les soi-disant « zones de sécurité » désignées par Israël.

"Les gens sont poussés encore plus au sud", a déclaré Thomas White, haut responsable de l'UNRWA chargé de Gaza.

Les responsables de l'UNRWA ont déclaré qu'ils ne bénéficiaient d'aucune aide pour l'acheminement de l'aide dans cette région et qu'il ne s'agissait pas d'une zone prioritaire pour l'agence des Nations Unies.