"Noël n’existe pas" : à Saintes, les sinistrés des crues passent les fêtes les pieds dans l'eau

Alors que la décrue s'amorce très lentement, plusieurs centaines de Saintais sont contraints de vivre dans l'humidité, et dans des logements pour certains encore inondés.

Des fêtes de fin d'année à la saveur amère. Depuis maintenant plusieurs jours, les rues de la ville de Saintes, en Charente-Maritime, sont le théâtre de fortes crues qui ont inondé une bonne partie du centre-ville. Si le niveau de l'eau a bien du mal à redescendre en raison de la topographie du département, extrêmement plat, Vigicrues a repassé la rivière Charente en vigilance jaune. Un signe d'espoir pour les centaines de sinistrés.

Sur place, de nombreux Saintais font le bilan de ces intempéries. "C’est assez catastrophique, tout ce que j’avais dedans se retrouve dehors", confie auprès de BFMTV Patrick, qui vit les pieds dans l'eau depuis plusieurs jours, et qui évoque également une situation "usante."

"Je n'y vais pas"

Pour de nombreux habitants, cette épreuve se fait de plus en plus dure à mesure qu'approchent les fêtes de fin d'année. "Tous les jours j’ouvre ma fenêtre pour voir si l’eau est partie. Mais bon. On ne s’imaginait pas, je n’ai pas l’impression d’être à Noël, c’est un jour comme un autre avec les inondations", dit, toujours à BFMTV, Réjeanne Guichard, une sinistrée.

"Être dans l’eau, l’humidité, ce n’est pas agréable. Pour faire les courses c’est difficile. En ce qui nous concerne, Noël n’existe pas. En temps normal je vais retrouver ma fille et petite-fille, et là je n’y vais pas", ajoute-t-elle.

Afin d'accompagner les administrés dans le besoin, la municipalité a décidé d'inviter les sinistrés à un repas de fin d'année.

"J’étais très étonnée de recevoir un coup de téléphone d’invitation pour ce soir. C’est toujours appréciable de voir qu’on est considérés, qu’on s’aperçoit que c’est quelque chose difficile à vivre. Un repas c’est toujours bienvenu", assure Valérie, l'une des conviées.

Décrue progressive

La Charente a atteint 7,59 mètres au plus haut à Saintes samedi soir passé, comme en février 2021, plus haut que les 7,16 mètres de 2007 mais moins que les 8,45 mètres de 1982. Quelque 150 habitants ont été évacués, et nombreux ont quitté d'eux-mêmes leur logement après avoir surélevé leur mobilier au rez-de-chaussée et coupé l'électricité par précaution. Aucune victime n'est à recenser.

Les prévisions météorologiques des jours à venir sont favorables à la décrue mais celle-ci s'annonce lente, centimètre par centimètre, la pente de la Charente étant très faible dans ce secteur.

En novembre, la Charente avait déjà débordé sans que l'eau ne rentre dans les maisons. Mais de nouvelles précipitations abondantes, alors que les nappes débordaient et que les sols étaient gorgés d'eau, l'ont fait sortir de son lit cette fois.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - D'Angoulême à Saintes, la Charente déborde et les habitants font avec