« Nip/Tuck » : et le Découpeur s’attaqua à… Christian

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
·1 min de lecture
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Christian Troy attaqué par le Découpeur.
Christian Troy attaqué par le Découpeur.

Le dîner semble parfait. La chanson d?Art Garfunkel « All I Know » balaie les visages de Matt (John Hensley), Christian (Julian McMahon), Julia (Joely Richardson), Sean (Dylan Walsh) et Annie (Kelsey Lynn Batelaan). La mélodie, rallongée, conclut toutes les intrigues : le fils d?Ava se suicide devant elle, Ava quitte Miami et la menace du Découpeur approche. Tout le génie de Ryan Murphy et Brad Falchuk, les créateurs de Nip/Tuck sur FX, se résume sur ces huit minutes finales. Une réalisation léchée, un choix de chanson soigné et une surprise glissée au dernier moment.

Pendant toute la deuxième saison, qui a brillé par son inventivité, ses trames narratives parfaitement exécutées et son ton unique, les protagonistes ont dû faire face au Découpeur. Ce criminel ne tue pas, il défigure les gens beaux ? « La beauté est la malédiction du monde », argue-t-il ? avant de les violer avec un godemiché. Dans l?épisode 15, Sean est attaqué par le ou la psychopathe ? son identité est inconnue, et le voilà défiguré de chaque côté des joues. Face au chirurgien esthétique, il fustige « tous ces esclaves de la tyrannie de la beauté qui passent leur vie à compter leurs calories, à suivre des cours de stretching qui ne jurent que par leur peeling. Moi, j?essaie de libérer tous ces gens, et toi, qu?est-ce que tu fais ? Tu détruis mon travail, espèce d?inconscient ». Ambiance. Sean, torse nu et paralysé, rencontre pour la première fois le monstre qui lui déballe ses véritables m [...] Lire la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles