Nikos Aliagas atteint d'une grave malformation : "On me donnait une semaine à vivre"

Le sourire jusqu'aux oreilles, le regard malicieux et la bonne humeur à toute épreuve. Voilà qui pourrait qualifier Nikos Aliagas depuis son arrivée sur le petit écran des Français. TF1 avait misé sur le bon cheval en lui confiant les rênes de Star Academy, école artistique télévisuelle ayant révélé Jenifer, Nolwenn Leroy, Elodie Frégé ou encore Grégory Lemarchal. Depuis, le présentateur s'est hissé en haut de l'échelle du PAF, en plus de ses activités radio et de son métier de photographe. Reste à savoir si avec tous ses projets, Nikos Aliagas a encore une minute à lui.

Au magazine Psychologies, Nikos Aliagas s'est confié sur ce métier prenant, l'essence même de sa vie : "J'ai travaillé toute ma vie. Il m'a fallu beaucoup de temps pour partir en vacances sans culpabilité, a-t-il avoué. Chez moi, on n'avait pas de loisirs, pas de grasse matinée : à coups de pied au cul, on était réveillés, ma soeur et moi, et on partait bosser dans l'atelier de mon père. Il était tailleur, ma mère travaillait avec lui, et pour eux, on n'était que de passage ici : il fallait pouvoir se payer le voyage du retour." S'il est aussi boulimique du travail, c'est, certes, par amour pour son métier, mais surtout parce que Nikos a failli passer à côté de sa vie.

"Je suis né mort : j'avais une grave malformation du duodénum, on me donnait une semaine à vivre, poursuit-il. Une jeune chirurgienne m'a sauvé, mais j'ai vécu longtemps dans...

Lire la suite


À lire aussi

"Poumons atteints, tuyaux dans le nez" : Oli (Bigflo et Oli) évoque la grave maladie dont il a souffert
Familles nombreuses : Une maman atteinte d'une malformation, un traitement à vie à prendre
Florent Pagny atteint d'une tumeur inopérable : Patrick Fiori donne de ses nouvelles

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles