Nicolas Bedos tacle les réseaux sociaux après sa tribune polémique sur le port du masque

·1 min de lecture

Sa tribune a fait grincer des dents. Celles des politiques, Olivier Véran en tête, de certaines personnalités médiatiques, et de nombreux internautes. Fin septembre, Nicolas Bedos publiait sur Instagram un long texte plein de colère : "Soyons francs : Arrêtez tout. TOUT. Les masques. Les confinements. Excepté face à vos parents très fragiles (quand ils le souhaitent, ce qui n’était pas le cas de mon père, meurtri à mort d’être privé de notre amour). Vivez à fond, tombez malades, allez aux restaurants, engueulez les flicaillons, contredisez vos patrons et les lâches directives gouvernementales. Nous devons désormais vivre, quitte à mourir (nos aînés ont besoin de notre tendresse davantage que de nos précautions). On arrête d’arrêter. On vit. On aime. On a de la fièvre. On avance. On se retire de la zone grise. Ce n’est pas la couleur de nos coeurs." Après une retrait médiatique le temps de laisser passer la vague, le réalisateur est sorti de son son silence lundi, sur le plateau de Quotidien.

Nicolas Bedos a donc proposé une explication de texte à ses détracteurs, face à Yann Barthès. S'il "comprend la polémique" suite à ses propos qualifiés "d'excessifs" - "C'est un texte qui est un peu irresponsable" - le réalisateur estime qu'un artiste n'a pas "vocation à tenir des propos responsables". Ce dernier tient également à recontextualiser son écriture, "dans la colère", juste après la disparition de son parrain Jean-Loup Dabadie. Et de défendre sa liberté de parole dans une société (...)

Lire la suite sur le site de Télé 2 semaines

Marine Le Pen reprend sévèrement Apolline de Malherbe sur BFM TV : "Si vous ne connaissez pas le sujet, n'en parlez pas !"
Elsa Esnoult (Les Mystères de l'amour) se confie sur le jour où elle a été écartée de la série : "Je l'ai mal vécu" (VIDEO)
Confinement : TF1 et France 2 en édition spéciale à 18h pour les annonces de Jean Castex
Reconfinement : Richard Ferrand crée la polémique après avoir pointé du doigt "la responsabilité" des malades (VIDEO)
"Le pays a déjà tellement souffert" : Marine Lorphelin très inquiète pour l'avenir de la France