Publicité

Nice, Metz, Puteaux... Plusieurs villes se préparent à tester l'uniforme à l'école dès 2024

Le ministre de l'Éducation nationale veut tester l'uniforme dans plusieurs communes avant une éventuelle généralisation de son usage à tout le pays.

Nice, Metz, Puteaux ou encore Denain... Plusieurs villes candidates à une expérimentation de l'uniforme à l'école ont commencé à préparer le terrain pour organiser sa mise en place, avant même l'annonce de la liste des collectivités retenues par le ministre de l'Education nationale, Gabriel Attal, prévue à la mi-décembre.

Le ministre a déclaré, ce mercredi 6 décembre, qu'il annoncerait "d'ici les fêtes" les modalités d'une "expérimentation d'ampleur" sur le port de l'uniforme à l'école dans diverses collectivités locales. Il en avait présenté le principe en septembre. Les villes intéressées avaient été appelées à candidater.

"Ne rien imposer"

La ville de Metz, candidate, "devrait" avoir "la possibilité d'expérimenter dans une école publique" le port d'une tenue uniforme, a assuré ce jeudi en conseil municipal Anne Stémart, adjointe au maire (LR) François Grosdidier.

"À partir du printemps 2024, dans une école publique de Metz qui sera retenue en concertation avec les parents et l'équipe enseignante, les écoliers porteront une tenue identique à l'école", a-t-elle ajouté, et ce "sans sollicitation financière des familles", car le financement sera "pris en charge par la ville et l'État".

"Il s'agit de ne rien imposer", mais "de demander aux directeurs d'établissements, enseignants, parents d'élèves, quel est leur point de vue", a ajouté le maire, précisant qu'il y aurait "une première vague" d'établissements qui le feraient en France "en février-mars" et "une deuxième en septembre".

Nice se dit "opérationnel(le)"

À Denain (Nord), la maire socialiste Anne-Lise Dufour a assuré qu'une consultation avait été menée auprès des parents d'élèves dans les écoles, et qu'elle attendait la confirmation du ministère d'une participation de sa ville pour "enclencher la phase B". "Dans l'école la plus favorable, il y a eu 61% de oui, dans une autre école plus défavorisée, 50% de oui, 50% de non", a-t-elle précisé.

À Nice, le maire (Horizons) Christian Estrosi a "demandé d'expérimenter le port de l'uniforme dans quatre écoles", a indiqué la mairie. "Nous avons échangé avec les différentes communautés éducatives de ces écoles et nous sommes opérationnels pour mettre en place cette expérimentation", a précisé Christian Estrosi dans un communiqué.

À Puteaux (Hauts-de-Seine), le ministère a demandé à la mairie de mettre en œuvre l'expérimentation dans "quatre écoles", "trois pour mars" (une maternelle et deux élémentaires), "et une en septembre", concernant au total 1.100 élèves, a indiqué la municipalité à l'AFP. "Ce sera validé uniquement si les directeurs d'établissements obtiennent l'accord" en conseil d'école, a précisé la mairie, soulignant que l'Etat s'était "engagé à payer pour moitié, l'autre moitié, c'est les collectivités".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Des d'étudiants occupent Sciences Po Paris pour demander la démission de son directeur