Publicité

NFL: porté par la présence de Taylor Swift, le Super Bowl signe un record d'audience historique

Il faut sans doute y voir un effet Taylor Swift. La popstar, présente en tribunes dimanche à Las Vegas pour le Super Bowl, a assisté à la victoire des Kansas City Chiefs (25 à 22 après prolongation), où évolue son petit ami Travis Kelce, face aux San Francisco 49ers. Cette rencontre a battu un record d'audience aux Etats-Unis.

Le diffuseur CBS Sports a indiqué que 123,4 millions de téléspectateurs en moyenne avaient assisté à l'événement sur l'ensemble de ses plateformes, représentant une augmentation de 7% par rapport à l'année dernière, date du précédent record (115,1 millions). Il s'agit d'un chiffre historique pour la télévision américaine.

Si l'enjeu sportif restait de taille pour les suiveurs, l'attention portée à la présence de Taylor Swift a aussi suscité la curiosité. Après le succès des Kansas City Chiefs, la chanteuse est descendue sur la pelouse pour féliciter Travis Kelce et l'embrasser. Avec cette romance, la NFL, déjà toute puissante, a basculé dans une nouvelle dimension, surfant sur la notoriété phénoménale de l'artiste.

Un suspense intense sur la pelouse

D'autres célébrités se sont pressées à Las Vegas, parmi les 300.000 visiteurs du weekend, et surtout dans l'Allegiant Stadium (65.000 places), comme le basketteur LeBron James, la chanteuse Lana Del Rey ou la popstar Beyoncé, qui a publié pendant la rencontre deux nouveaux morceaux.

"Queen Bey" a ainsi un peu éclipsé le traditionnel show de la mi-temps et la performance du chanteur américain Usher, qui a revisité ses meilleurs titres avec un spectacle nostalgique à la chorégraphie léchée, profitant de la complicité notamment d'Alicia Keys.

Sur la pelouse, la grande finale de la NFL, organisée pour la première fois à Las Vegas, a offert un suspense intense, pour une victoire des Chiefs, la troisième en cinq ans après 2020, déjà face aux 49ers, et 2023. C'est la première fois qu'une franchise conserve son trophée depuis les New England Patriots en 2004.

Article original publié sur RMC Sport