Publicité

"Ce n'est pas possible d'utiliser ces mots": Rousseau critique le tweet de Mélenchon sur Braun-Pivet

La députée Europe-Écologie Les Verts a notamment évoqué sur BFMTV les propos de Jean-Luc Mélenchon contre Yaël Braun-Pivet, à qui le leader de la France insoumise a reproché de "camper à Tel-Aviv pour encourager le massacre" à Gaza.

"Ce n'est pas possible d'utiliser ces mots". La députée EELV Sandrine Rousseau, invitée de BFMTV ce lundi 23 octobre, a réagi ce soir aux propos tenus par Jean-Luc Mélenchon à l'encontre de Yaël Braun-Pivet. Le leader de la France insoumise a critiqué le déplacement de la présidente de l'Assemblée nationale en Israël, lui reprochant de "camper à Tel-Aviv pour encourager le massacre" à Gaza.

Yaël Braun-Pivet s'est dite "très choquée" des propos du leader de la France insoumise qu'elle accuse de lui avoir mis "une nouvelle cible dans le dos". Elle estime ainsi que le terme "camper" fait référence aux camps de concentration nazis.

"Il serait de bonne politique que de reconnaître l'erreur"

"On ne peut pas utiliser n'importe quel mot dans le débat politique", a estimé la députée écologiste lundi soir sur BFMTV. "Je lui laisse le crédit qu'il n'ait pas pensé à ce mot. Par contre, maintenant que Yaël Braun-Pivet a dit ce que ça lui faisait, il serait de bonne politique que de revenir sur ce terme et de reconnaître l'erreur, ce serait de nature à apaiser les choses".

"C'est une histoire des juifs d'Europe, une histoire de massacre, une histoire familiale intime pour Yaël Baun-Pivet. Ce n'est pas possible d'utiliser ces mots-là", a ajouté la parlementaire sur notre antenne.

"Quand une personne concernée dit que cela la choque, il faut entendre ce qu'elle dit", a encore estimé Sandrine Rousseau sur BFMTV.

En outre, Sandrine Rousseau se dit "en colère" que la gauche soit "inaudible" sur les récents événements au Proche-Orient qu'elle "ne soit pas unie " pour qualifier le Hamas de "terroriste".

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Gaza: la France appelle à une "trêve humanitaire", déclare Borne à l'Assemblée