Publicité

Neige et verglas : pourquoi Météo France peut se tromper dans ses prévisions

Depuis plus de 20 ans, Météo France publie des cartes de vigilance pour informer les populations des risques encourus lors d’un événement météo exceptionnel. Un exercice sensible qui engage la responsabilité de l’établissement.

Le 8 janvier 2024, des précipitations neigeuses ont affecté la Normandie et l’Ile-de-France provoquant d’énormes bouchons en région parisienne et la fermeture de l’autoroute A13. À minuit, il restait encore une centaine de kilomètres d’embouteillages dans le pourtour de la capitale. Des gens bloqués et pas contents. La carte de vigilance de Météo France avait placé 40 départements en jaune mais pour "grands froids" et non pour chutes de neige. Nombre d’automobilistes ont ainsi pris leurs voitures.

"Les chutes de neige en plaine sont difficiles à évaluer"

Voilà donc l’organisme de prévision sur la sellette. Lequel a dû s’expliquer. En l’espèce, les chutes de neige en plaine sont difficiles à évaluer, se justifie Météo France. Pour savoir si les précipitations prendront la forme de neige et tiendront au sol, il faut posséder des données de températures de l’air et du sol qui varient dans le temps et selon la topographie. De plus, il reste difficile de pronostiquer si des nuages donneront de la neige ou de la pluie. Enfin, tout dépend de la faculté de la neige à rester au sol et s’y accumuler où à fondre immédiatement. Tout se joue entre -5°C et +1°C.

Les prévisionnistes de Météo France ont donc dû se justifier devant les caméras. Cet épisode récent met ainsi en relief les responsabilités qui incombent désormais à l’institution toulousaine dans l’alerte, les conseils et avertissements pour préserver sa personne et les précautions à prendre pour ses biens dans les quelques heures précédant un événement exceptionnel. L’exercice n’est pas nouveau. La première carte de vigilance météo produite par Météo France a été publiée en octobre 2001. Elle couvrait des événements pluvieux et venteux sur la Bretagne, la Normandie et les Hauts-de-France. Pour la première fois, les bulletins météo des chaînes de télévision ont montré de façon claire les départements de France où la violence des éléments pouvaient causer des dommages aux biens et aux personnes. Ces cartes de risque sont [...]

Lire la suite sur sciencesetavenir.fr

A lire aussi