Publicité

Neige et verglas : bloqués en gare de Lille, des dizaines de voyageurs ont dû dormir dans un TGV

Une petite centaine de voyageurs bloqués en gare de Lille Flandres à cause de la neige ont passé la nuit dans un TGV.
PHILIPPE HUGUEN / AFP Une petite centaine de voyageurs bloqués en gare de Lille Flandres à cause de la neige ont passé la nuit dans un TGV.

TRANSPORTS - Une petite centaine de personnes contraintes de s’assoupir entre deux valises et une tablette. Dans la nuit du mercredi 17 au jeudi 18 janvier, des dizaines de voyageurs ont dû dormir dans une rame de TGV en gare de Lille-Flandres : la plupart n’avaient pas pu prendre leurs correspondances, en raison des chutes de neige et du verglas, qui ont provoqué une série de perturbations des lignes SNCF. Cette nuit, 25 départements étaient placés en vigilance orange neige-verglas par Météo France.

La situation a commencé à se détériorer aux alentours de 22 heures mercredi. Alors que les derniers trains prévus ce jour quittaient la gare, celle-ci s’est retrouvée encore bondée de voyageurs, souvent loin d’être arrivés à leur destination finale. Selon les informations de Ouest France, la SNCF a alors promis qu’un responsable arriverait sous peu pour détailler la prise en charge des passagers.

Distribution de kits de trains de nuit, dans un TGV

Lorsqu’un train a plus d’une heure de retard ou est annulé, la loi européenne oblige la compagnie ferroviaire à fournir un hébergement, ainsi que des repas et des rafraîchissements en quantité raisonnable. Dans ce genre de situation la SNCF trouve généralement une place dans un hôtel voisin et défraye le transport nécessaire pour s’y rendre. Mais ce mercredi soir, il a fallu parer au plus pressé pour une petite centaine de personnes.

Les voyageurs ont ainsi dû patienter dans la gare chauffée jusqu’à 23 h 30, moment où un agent est finalement venu leur annoncer la solution choisie. « Nous allons vous apporter un repas et une boisson », a-t-il rassuré, racontent encore nos confrères du quotidien breton. Avant d’ajouter : « et nous allons mettre à disposition une rame chauffée pour que vous puissiez être dans de bonnes conditions ». Des coussins, des couvertures et des masques ont ainsi été distribués aux voyageurs, signe que la nuit allait se passer dans le train.

Selon les informations de Ouest France, les réactions des passagers ont été vives, ces derniers étant particulièrement en colère et choqués par à un tel traitement. Certains, lassés, ont fini par accepter de s’installer dans la rame chauffée, avec un petit kit habituellement réservé aux passagers des trains de nuit, contenant bouchons d’oreille, masque de sommeil et une petite pastille de dentifrice à croquer.

Un jeudi matin toujours très compliqué

Après une nuit mouvementée, les derniers voyageurs ont quitté la rame aux alentours de 7 heures ce matin, pour repartir vers leurs destinations. Un bon de 4,50 €, valable le jour même, leur a été distribué pour s’acheter un petit-déjeuner.

Ce jeudi matin, alors que la vigilance orange a été levée à 10 heures pour les départements du tiers nord de la France qui étaient encore concernés, les soucis de transports n’étaient pas pour autant réglés. Les trains circulant sur la ligne à grande vitesse reliant Paris et Lille sont par exemple contraints de rouler à 230 km/h au lieu de 300 km/h habituellement, entraînant des retards de 10 à 15 minutes pour les TGV. En outre, d’importants retards étaient à déplorer sur les lignes TER, des dizaines de ces trains régionaux ayant dû être annulés.

Et si les chutes de neige ont pris fin grâce à une amélioration de la météo, leurs conséquences pourraient perdurer au cours de la journée avec un regel précoce des chaussées le soir du fait de la redescente des températures, avertit Météo-France.

À voir aussi sur Le HuffPost :

À Nancy, le verglas transforme la place Stanislas en patinoire

Neige et verglas : bus, trains et embouteillages, le point sur la circulation à Paris et en Île-de-France