Publicité

"Je ne serai pas complice de ça" : en découvrant la fin de ce classique Disney, Sting a obligé le studio à changer ses plans

Backgrid UK / Bestimage
Backgrid UK / Bestimage

Signé au début des années 2000 par Mark Dindal et considéré par de nombreux spectateurs comme l'un des classiques Disney les plus drôles du studio, Kuzco, l'empereur mégalo raconte l' histoire d'un souverain inca, égoïste et imbu de sa personne, projetant de bâtir sa nouvelle résidence de vacances à la place d'un joli petit village.

Malencontreusement transformé en lama par sa séditieuse conseillère, il se voit alors forcé de collaborer avec Pacha, un paysan de la colline qu'il prévoyait de raser, afin de recouvrer sa forme originale.

Ainsi que le savent sans doute les fans du studio enchanté, la production de ce Disney pas comme les autres n'a pas été un long fleuve tranquille. En effet, initialement conçu comme un film beaucoup plus sérieux et épique (dans la lignée de Pocahontas, par exemple), doté d'une bande originale de Sting et baptisé Le Royaume du Soleil, ce projet inspiré du roman Le Prince et le Pauvre de Mark Twain se trouve considérablement bouleversé lors du départ de Roger Allers, co-réalisateur du Roi Lion qui était censé signer le long métrage.

Laissé seul aux commandes du navire, Mark Dindal décide alors de transformer la fresque musicale que devait être Kuzco en comédie cartoonesque totalement déjantée. Le script est donc considérablement remanié pour devenir l'histoire que l'on connaît aujourd'hui... à un petit détail près : la scène finale du film.

Lire la suite sur AlloCiné

Disney : c'est l'un des films les plus drôles du studio, rattrapez-le vite !

Kuzco, l'empereur mégalo : 11 détails cachés dans le film Disney

Les Sept mercenaires : pour décrocher le rôle, Steve McQueen a détruit volontairement sa voiture

Bâtiment 5 : la ville de Montvilliers existe-t-elle vraiment ?

5 milliards de dollars et 7 films : cette saga à l'extraordinaire longévité sera bientôt de retour ?

Noté 4,2 sur 5 : pour Franck Dubosc, c'est son plus beau rôle ! Et ça va vous étonner