Publicité

"Je ne me sentais pas dans mon élément" : Guillaume Canet cash sur son expérience aux Etats-Unis (VIDEO)

Est-il encore besoin de présenter Guillaume Canet ? Son premier film à succès, La Plage, le fait connaître au grand public en 2000 face à Leonardo DiCaprio. Dans les années 2000, il s'illustre également dans Jeux d'enfants (2003) et Joyeux Noël (2005) ou plus récemment Les Infidèles (2012) et Le grand bain (2018). En parallèle, le natif de Boulogne-Billancourt connaît la consécration en 2006 avec Ne le dis à personne pour lequel il remporte notamment le César du meilleur réalisateur. Autre réalisation notable de sa part, Les petits mouchoirs en 2010, la comédie Rock’n’Roll en 2017 ou encore plus dernièrement Asterix et Obélix : L'empire du milieu.

Ce mardi 19 septembre, l'artiste de 50 ans était l'invité de Anne-Elisabeth Lemoine dans C à vous à l'occasion de la sortie du film Acide, réalisé par Just Philippot, en salles mercredi 20 septembre. L'animatrice de France 5 l'a questionné sur le rêve américain qu'il n'a pas voulu poursuivre malgré les sollicitations. "Je ne me sentais pas à l'aise. Mon expérience de Blood Ties m'avait un peu marqué, c'était assez particulier pour moi. Je n'ai jamais eu ce rêve américain même en tant qu'acteur, on m'a proposé des choses, j'ai fait d'ailleurs Last Night, des films comme ça, mais je ne me sentais pas mon élément. Je ne me sens pas à l'aise", a analysé le comédien fan d'équitation.

Dans la foulée, il a avancé une autre raison expliquant sa volonté de ne pas persister outre-Atlantique : "J'ai fait beaucoup de travail en France pour en arriver là, j'ai bossé vraiment, et je n'avais pas envie de tout recommencer là-bas à aller courir les castings partout, d'aller d'un studio à un autre. À un moment, je me suis dit 'Ce n'est pas pour moi' ".

À lire également

“À deux doigts de foutre en l’air ma vie privée” : Guillaume Canet dévoile son combat quotidien contre lui-même

Dans un récent entretien au Parisien, Guillaume Canet est revenu sur les virulentes critiques qu'il a essuyées pour son long-métrage Asterix et Obélix : l'empire du milieu : "Ça ne fait jamais plaisir… Mais en même temps, tous les films sont comme ça. Là, ...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi