Publicité

"Je ne vous raconte pas l'état dans lequel je suis dans la loge" : Christine Angot revient sur sa douloureuse participation à une émission de Thierry Ardisson

Générique de
Générique de "Quotidien" sur TMC - TMC

L'auteure Christine Angot était l'invitée hier soir de "Quotidien" présenté par Yann Barthès sur TMC.

Un très mauvais souvenir. Ce mercredi 20 mars 2024, Yann Barthès a reçu dans "Quotidien" sur TMC l'auteure Christine Angot à l'occasion de la sortie au cinéma de son documentaire "Une famille". Au cours de l'émission, l'écrivaine est revenue sur sa douloureuse participation à "Tout le monde en parle" à l'époque présenté par Thierry Ardisson sur France 2.

"Il y a quand même un ministre sur le plateau..."

Venue parler de l'un de ses ouvrages sur la deuxième chaîne, Christine Angot s'était fait attaquer par le présentateur, le chroniqueur Laurent Baffie et des invités, qui ont par ailleurs ironisé sur les violences sexuelles qu'elle avait subies. "Son père l'a forcée à manger des clémentines sur son sexe, c'est l'inceste, hein ! Il l'a sodomisée !", avait lâché Thierry Ardisson, en riant. Sous couvert d'humour, Laurent Baffie avait menacé l'invitée de "la claquer" si elle ne se taisait pas. L'interview s'était terminée par l'agacement de l'auteure qui avait quitté le plateau : "Stop ! Ca ne m'amuse pas". "Pourquoi Christine ? On s'amusait bien, nous", avait réagi l'animateur en noir.

Sur le plateau de "Quotidien", Yann Barthès a confié que "ces images sont insupportables à regarder en 2024". "Il y a quand même un ministre sur le plateau (Claude Allègre, ministre de l'Education nationale, ndlr)... D'autre part, là, j'apparais très calme en apparence. Je ne vous raconte pas l'état dans lequel je suis...

Lire la suite


À lire aussi

"Elle a heurté les enquêteurs" : Le procureur de Nantes dénonce la "promotion" de certains médias du livre de la soeur du Xavier Dupont de Ligonnès
"Je vais enlever mon survêtement" : Jacques Vendroux se déshabille et se jette dans une piscine en direct sur CNews
Rachida Dati répond sans détour à Rodolphe Saadé, nouveau propriétaire de BFMTV : "L'intérêt de l'actionnaire ne peut pas compromettre l'indépendance du journaliste"