Publicité

"Je ne peux plus sourire" : faute d'accès à des soins, une Britannique s'arrache elle-même 12 dents

Caroline Pursey souffrait trop pour attendre trois mois pour obtenir un rendez-vous avec un dentiste du service public et n'avait pas les moyens de payer un dentiste exercant en cabinet privé.

La douleur était devenue insoutenable pour Caroline Pursey. Faute de trouver un rendez-vous chez un dentiste, cette Britannique de 63 ans s'est arrachée 12 dents elle-même, avec des pinces, rapporte ITV News.

"C'est devenu si douloureux que j'ai juste commencé à les retirer", a raconté la sexagénaire originaire de Scunthorpe, une ville au nord-est de l'Angleterre.

Caroline Pursey a développé des soucis dentaires alors qu'elle était prise en charge dans un hôpital pour une toute autre raison. Mais son dentiste, qui travaillait initialement pour le NHS, le service public de santé britannique, a décidé de partir travailler dans un cabinet privé.

Une liste d'attente de trois ans

Elle a alors tenté de trouver un autre professionnel de santé du NHS capable de la prendre en charge, en vain.

"On m'a dit que je ne pouvais pas être acceptée ou qu'il y avait une liste d'attente de trois ans", a-t-elle déploré.

Ce délai étant intenable pour elle, et n'ayant pas les moyens de payer un dentiste privé, elle n'a pas trouvé d'autre solution que de s'arracher les dents elle-même pour faire taire la douleur.

"Vous ne pouvez pas imaginer ce que ça fait de ne plus pouvoir sourire. Ça me ruine le visage. (...) Je ne suis plus moi-même. Je mérite un sourire, j'ai travaillé dur toute ma vie", confie Caroline Pursey.

Cette nouvelle apparence complexifie aussi sa recherche d'emploi. Elle explique avoir eu trois entretiens pour lesquels elle a "brillamment" réussi les exercices de groupe. Mais au moment de passer aux entretiens individuels, "ça se passe mal".

"Dès que j'ouvre la bouche, ça se passe mal, parce que je ne peux pas sourire. (...) Personne ne veut de vous dans le commerce si vous n'avez pas de dents et si vous ne pouvez pas sourire" déplore celle qui a travaillé dans ce domaine pendant près de 50 ans.

"J'en ai marre de la soupe"

Interrogée par le média britannique sur le cas de Caroline Pursey, la ministre de la Santé Victoria Atkins a estimé que ce genre de situation "ne devrait pas arriver" et que les personnes "souffrant autant doivent toujours se rappeler qu'en cas de besoin, elles peuvent toujours se rendre aux urgences pour obtenir de l'aide".

Une remarque vivement critiquée sur les réseaux sociaux par des professionnels et citoyens qui ont rappelé l'absence de dentistes dans ces services d'urgences hospitalières, rapporte Le Monde.

Victoria Atkins a aussi annoncé une prime de 20 000 dollars pour les dentistes qui iront s'installer dans des régions où il y en a peu et la mise en service de fourgons dentaires qui vont parcourir les routes des régions rurales britanniques pour venir soigner les patients.

Des réponses insuffisantes pour Caroline Pursey qui rappelle qu'elle ne peut presque plus manger. "Je veux manger de la bonne nourriture. Est-ce si grave? (...) J'en ai marre de la soupe. Je veux manger du steak. À mon âge, je devrais pouvoir manger", déplore-t-elle.

Le NHS traverse une profonde crise, affaibli par les politiques d'austérité et les conséquences de la pandémie. Selon les chiffres du syndicat BMA (British medical association), quelque 7,42 millions de personnes étaient en attente de traitement en Angleterre en avril dernier, avec un peu plus de 3 millions de patients qui attendent depuis plus de 18 mois.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Carnet de Santé - Dr Christian Recchia : "C’est la porte ouverte aux maladies cardiovasculaires, aux AVC et même aux cancers"