Publicité

"Il ne faudrait pas que..." : condamné pour le meurtre de sa femme, il fait une déclaration choc à sa sortie de prison

C'est une longue affaire qui a débuté le 28 février 1985, près de Chaville, dans les Hauts-de-Seine. Ce soir-là, Évelyne Laborde est victime d'un accident alors qu'elle se trouvait à bord de sa 2CV avec son mari, Bruno Joushomme. Si le jeune homme, de 40 ans son cadet, parvient à s'extirper de la voiture en feu, ce n'est pas le cas de celle avec qu'il s'était marié trois mois plus tôt, qui meurt carbonisée.

Si les premières constations laissent penser à un banal accident de la route, l'enquête s'oriente ensuite vers un meurtre. En effet, la famille d'Évelyne Laborde accuse le veuf d'avoir déguisé son meurtre afin d'hériter d'une somme colossale. 14 ans après les faits, Bruno Joushomme est finalement condamné à la réclusion criminelle à perpétuité par le tribunal de Nanterre. Un véritable coup de massue pour celui qui avait refait sa vie et qui avait toujours clamé son innocence.

Bruno Joushomme : "Il faut rétablir la vérité et la justice".

En 2020, Bruno Joushomme a été remis en liberté après 21 ans derrière les barreaux. Depuis sa sortie, il s'est lancé dans un long combat pour faire réviser sa condamnation à perpétuité, 38 ans après la mort de sa femme. "Il ne faudrait pas que ça arrive à quelqu'un d'autre. Il faut rétablir la vérité et la justice" a-t-il confié au Parisien, dans un article paru le dimanche 29 janvier 2023.

En effet, l'homme désormais âgé de 60 ans estimé qu'il "faudrait être fou ou un animal" pour commettre (...)

Lire la suite sur Closermag.fr

Ils se font arrêter dans les bois après avoir tenté de cambrioler le pire endroit possible
Disparition de Leslie et Kevin : coup de tonnerre dans l'enquête, les cartes rebattues ?
Ses yeux "s'éteignent" alors qu'elle est au volant, le diagnostic des médecins est sans appel
Bouches-du-Rhône : "J'ai peur de le voir", un élève de CP terrorise toute une école primaire
Ils entendent un bruit dérangeant venant de leur plafond mais ne sont pas prêts pour ce qui va en tomber