Publicité

Pour la Nasa, l’explosion de cette station spatiale gonflable est aussi fascinante que prometteuse

ESPACE - Lorsqu’un prototype explose, ce n’est pas toujours une mauvaise nouvelle. C’est le cas pour la station spatiale de l’entreprise Sierre Space, testée fin décembre dans les locaux de la Nasa. Les résultats de l’expérience ont été dévoilés sur YouTube lundi 22 janvier.

Comme vous pouvez le voir dans notre vidéo ci-dessus, la démonstration consiste à gonfler l’exemplaire juste à son explosion – à la grande joie de ses concepteurs. Leur objectif était en fait de tester la résistance de cette coque géante aux contraintes de l’espace, et le prototype sacrifié pour l’expérience a répondu aux plus hautes exigences avant d’éclater. En effet, ce n’est qu’à 77 psi (unité anglo-saxonne de mesure de pression), soit environ 5,3 bars, que le prototype a succombé à la pression… dépassant ainsi de 27 % le niveau recommandé par la Nasa.

LIFE, un gain de temps, de place et d’argent

Nommée LIFE (Large Integrated Flexible Environment), ce module d’habitation mesurant plus de 6 mètres de haut est composé de tissus tissés, qui forment une structure rigide une fois gonflée. Si ce n’est pas la première structure gonflable à pouvoir être déployée dans l’espace, son envergure la rend particulièrement intéressante.

Représentant près d’un tiers du volume pressurisé de l’ISS, « en seulement trois lancements, les unités modulaires LIFE peuvent créer un environnement de vie et de travail », explique Sierra Space sur son site. Un vrai gain de temps, de place et d’argent : à terme, ils estiment qu’il suffirait d’emballer LIFE dans une fusée pour l’envoyer en orbite basse, où elle pourrait être gonflée et donc habitable.

La structure LIFE fait partie de la station spatiale privée Orbital Reef, qui a pour ambition de succéder à l’ISS. Développée avec Blue Origin, société fondée par Jeff Bezos, Orbital Reef veut être opérationnelle avant 2030. En septembre, des sources internes avaient cependant confié à CNBC être incertaines quant au futur du projet, dont les nouvelles se font rares depuis son annonce en 2021.

À voir également sur Le HuffPost :

Cet astéroïde a illuminé le ciel de Berlin et la chasse pour le retrouver a commencé à l’ouest de la capitale

L’alunisseur américain Peregrine disparu, probablement désintégré, après avoir raté la Lune