Publicité

Nantes: "On va le faire, on n’a pas le choix", Bénie Traoré croit toujours au maintien

Comment vous sentez-vous dans cette période compliquée ?

"Je me sens beaucoup mieux. Je gratte quelques minutes. Ce n’est pas ce que je veux mais c’est mieux. La situation du club, ce n’est pas trop ça, mais on espère pouvoir revenir rapidement…"

Vous avez été expulsé lors de votre premier match de Ligue 1 (contre Clermont, deux matchs de suspension) puis vous n’avez débuté qu’un match sur six… Vous espérez plus ?

J’aimerais être titulaire, c’est ce que je veux évidemment.

Le FCN a changé de coach. N’est-ce pas trop perturbant, d’autant que vous avez vécu ça à distance ?

J’ai vu ça… On pouvait le ressentir je crois (qu’il y aurait du changement). On a eu des rencontres avec le coach avant de partir en sélection. Ce sont des choses qui arrivent pendant une saison et on espère que ça va nous aider à nous maintenir.

Comment expliquer cette situation ?

C’est un club très accueillant, avec des joueurs qui ont une très bonne mentalité. Je ne sais pas expliquer nos résultats. Le football parfois ça marche, parfois non. Mais j’espère qu’on va très rapidement se mettre à l’abri. J’y crois à 100%. On va le faire, on n’a pas le choix.

Nantes ne gagne plus à domicile (six défaites de suite en L1). Est-ce avant tout une question de confiance ?

C’est un peu de tout. Je pense qu’il suffit d’une victoire pour se relancer, reprendre confiance et ça peut repartir.

Un nouvel entraîneur peut aider pour ça ?

Ce sont des choses qui peuvent arriver et oui, ça peut être un déclic.

Vous êtes prêté avec option d’achat au FCN. Vous y projetez-vous au-delà de cette saison ?

J’aime bien Nantes, ça se passe très bien. On verra comment cela se passera…

Vous fixez-vous des objectifs statistiques ?

Je veux jouer plus en termes de minutes par match. Et je veux être décisif, ensuite ça vient tout seul avec la confiance. Mais surtout maintenir le club, c’est le plus important actuellement.

Vous jouez avec les U23 Ivoiriens (capitaine contre la France). Comment avez-vous vécu le sacre de la sélection A à la CAN ?

C’était magique et impressionnant de vivre ça à distance. Et puis les retours des internationaux qui nous félicitaient de l’organisation de la CAN, ça fait vraiment plaisir.

Jouer avec les A, vous en rêvez…

C’est l’objectif. Ça dépendra de mes performances en club, des états de forme, il faut juste se concentrer, être bien, faire de bonnes prestations et ça viendra naturellement.

Article original publié sur RMC Sport