Nancy: une femme placée en détention provisoire après le meurtre de son mari à coups de pied

·1 min de lecture
Voiture de la gendarmerie (illustration) - DENIS CHARLET
Voiture de la gendarmerie (illustration) - DENIS CHARLET

C'est une dispute sur fond de "forte alcoolisation", aux conséquences dramatiques. Vendredi 24 septembre, les services de secours sont appelés par une jeune femme de 20 ans qui les informe de violences entre ses parents. Arrivés au domicile du couple à Tonnoy, près de Nancy, les pompiers puis les gendarmes découvrent le corps sans vie d'un homme d'une cinquantaine d'années.

"Ce corps présentait des blessures compatibles avec des violences volontaires", indique à BFMTV.com le procureur de la République de Nancy, François Pérain, confirmant une information de France Bleu.

Sur place, les forces de l'ordre trouvent également l'épouse de la victime. En état d'ivresse, elle est interpellée et placée en garde à vue. La suspecte, âgée de 47 ans, est déjà connue des services de la justice pour avoir été condamnée le 14 mai 2020 à 3 mois d’emprisonnement avec sursis probatoire pendant 2 ans pour des "violences par une personne en état d’ivresse manifeste" commises sur sa fille.

Les chaussures "maculées de sang"

Face aux enquêteurs de la section de recherches de Nancy, elle reconnaît s'être disputée avec son conjoint.

"Elle prétend avoir été giflée et avoir été insultée. Suite à cela, son compagnon serait tombé au sol (sans qu’elle ne provoque cette chute), et elle en aurait profité pour lui porter des coups de pied", explique le parquet, précisant que "ses chaussures sont effectivement maculées de sang".

Depuis ces révélations, le juge d'instruction l'a mise en examen dimanche pour "meurtre par conjoint" et a décidé de son placement en détention provisoire.

Article original publié sur BFMTV.com

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles