Népotisme. Congo : au pays des Sassou-Nguesso, après le père, le fils

·1 min de lecture

Deux mois après sa réélection, le président congolais a nommé un nouveau gouvernement dans la nuit de samedi 15 à dimanche 16 mai. Parmi les entrants, l’un est particulièrement remarqué : Denis Christel, le fils du président. Après trente-six ans au pouvoir, le chef de l’État veut-il voir sa progéniture lui succéder ? s’interroge Le Djely.

Le Congo, Denis Sassou-Nguesso, 78 ans, en est le souverain absolu. Il est le grand vainqueur déclaré de la présidentielle du 21 mars 2021, avec plus de 88 % des suffrages. Ne redoutant donc rien d’une opposition qu’il a fini par réduire à sa plus petite expression, il peut s’autoriser tout. Y compris le fait de nommer son fils, Denis Christel Sassou-Nguesso, au poste de ministre de la Coopération internationale et du Partenariat public-privé.

Bien sûr, ce n’est pas que le lien avec un président de la République confère de facto le statut de “banni” des postes à responsabilité. Mais tout de même, dans le cas du Congo, le fils Sassou traîne tellement de casseroles qu’en l’appelant dans le gouvernement, c’est comme si son père narguait ses compatriotes.

À lire aussi: Tour de vis. Présidentielle en République du Congo : Sassou-Nguesso veut s’imposer en maître absolu

Député de la circonscription d’Oyo depuis 2012, Denis Christel ne se distingue pas que par la pertinence des propositions de loi qu’il fait voter à l’Assemblée nationale. Sa réputation plutôt sulfureuse lui vient davantage des millions de dollars américains qu’il est accusé d’avoir détournés au détriment des finances congolaises.

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles