Publicité

Les négociations sur le cessez-le-feu à Gaza patinent à quelques jours du Ramadan

Les négociations sur le cessez-le-feu à Gaza patinent à quelques jours du Ramadan

Deux fonctionnaires égyptiens ont déclaré que le dernier cycle de discussions s'est achevé mardi. Ils ont indiqué que le Hamas avait présenté une proposition dont les médiateurs discuteraient avec Israël dans les jours à venir. L'un des responsables a déclaré que les médiateurs doivent rencontrer mercredi la délégation du Hamas, qui n'a pas quitté Le Caire.

Les États-Unis, le Qatar et l'Égypte ont passé des semaines à essayer de négocier un accord dans lequel le Hamas libérerait jusqu'à 40 otages en échange d'un cessez-le-feu de six semaines, de la libération de certains prisonniers palestiniens et d'un afflux important d'aide dans le territoire isolé.

Négociations bloquées

Le Hamas a refusé de libérer la totalité de la centaine d'otages qu'il détient, ainsi que les restes d'une trentaine d'autres, à moins qu'Israël ne mette fin à son offensive, ne se retire de Gaza et ne libère un grand nombre de prisonniers palestiniens, y compris des militants de haut rang condamnés à perpétuité.

Des responsables américains ont déclaré qu'ils doutaient que le Hamas souhaite réellement conclure un accord, car le groupe s'est opposé à un certain nombre de demandes que les États-Unis et d'autres pays considèrent comme légitimes, notamment le fait de donner les noms des otages à libérer.

"C'est au Hamas de décider s'il est prêt à s'engager", a déclaré mardi le secrétaire d'État américain Antony Blinken.

"Nous avons l'occasion d'instaurer un cessez-le-feu immédiat qui permettrait de ramener les otages chez eux, d'augmenter considérablement l'aide humanitaire apportée aux Palestiniens qui en ont désespérément besoin et de créer les conditions d'une résolution durable", a déclaré Antony Blinken.

Des troupes israéliennes se déplacent près de la frontière de la bande de Gaza dans le sud d'Israël, lundi 4 mars 2024.
Des troupes israéliennes se déplacent près de la frontière de la bande de Gaza dans le sud d'Israël, lundi 4 mars 2024. - Ohad Zwigenberg/Copyright 2024 The AP. All rights reserved

Un haut responsable du Hamas, Osama Hamdan, a déclaré mardi que son groupe exigeait un cessez-le-feu permanent, plutôt qu'une pause de six semaines, et un "retrait complet" des forces israéliennes.

"La sécurité de notre peuple ne sera assurée que par un cessez-le-feu permanent, la fin de l'agression et le retrait de chaque parcelle de la bande de Gaza", a déclaré Osama Hamdan à la presse à Beyrouth.

Dissensions israéliennes

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, a publiquement rejeté les demandes du Hamas et s'est engagé à plusieurs reprises à poursuivre la guerre jusqu'à ce que le Hamas soit démantelé et que tous les otages soient restitués. Israël n'a pas envoyé de délégation au dernier cycle de négociations.

Israël attend toujours que le Hamas lui remette une liste des otages en vie ainsi que le rapport entre les otages et les prisonniers qu'il demande dans tout accord de libération, a déclaré un responsable israélien. Il n'était pas clair si ces informations étaient incluses dans la dernière proposition.

Les responsables israéliens et égyptiens ont parlé sous le couvert de l'anonymat car ils n'étaient pas autorisés à informer les médias sur les négociations.

Lorsqu'on lui a demandé si le Hamas disposait d'une liste des otages survivants, Osama Hamdan a répondu que cette question n'avait rien à voir avec les pourparlers et a accusé Israël de s'en servir comme excuse pour éviter de s'engager dans les négociations.

Benny Gantz, membre du cabinet de guerre de Benjamin Netanyahou et son principal rival politique, a rencontré de hauts responsables américains à Washington lors d'une visite du premier ministre, dernier signe en date d'une dissension croissante au sein de la direction d'Israël.

Les médiateurs espéraient parvenir à un accord avant le ramadan, mois de jeûne de l'aube au crépuscule, au cours duquel les tensions israélo-palestiniennes sont souvent exacerbées en raison de l'accès à un important lieu saint à Jérusalem. Le ramadan devrait commencer vers le 10 mars, en fonction de l'apparition de la lune.

"Les négociations sont délicates. Je ne peux pas dire qu'il y a de l'optimisme ou du pessimisme, mais nous n'avons pas encore atteint un point où nous pourrions parvenir à un cessez-le-feu", a déclaré lundi le ministre égyptien des affaires étrangères, Sameh Shoukry.

Catastrophe humanitaire

La guerre a commencé par une attaque du Hamas contre le sud d'Israël le 7 octobre, au cours de laquelle des militants palestiniens ont tué environ 1 200 personnes et pris quelque 250 otages. Plus de 100 d'entre eux ont été libérés lors d'un cessez-le-feu d'une semaine en novembre.

L'attaque a déclenché une invasion israélienne de l'enclave de 2,3 millions d'habitants qui, selon le ministère de la santé de Gaza, a tué plus de 30 000 Palestiniens. Les organisations humanitaires affirment que les combats ont déplacé la majeure partie de la population du territoire et poussé un quart de la population au bord de la famine.

Les combats qui durent depuis près de cinq mois ont laissé une grande partie de la bande de Gaza en ruines et ont provoqué une catastrophe humanitaire de plus en plus grave, de nombreuses personnes, en particulier dans la région dévastée du nord, cherchant désespérément de la nourriture pour survivre.

Les organisations humanitaires ont déclaré qu'il était devenu pratiquement impossible d'acheminer de l'aide dans la majeure partie de la bande de Gaza en raison de la difficulté de coordination avec l'armée israélienne, des hostilités en cours et de l'effondrement de l'ordre public.