Publicité

Le Négociateur (TF1) - L'entraînement musclé de Jeanne Bourneaud avec l'ERIS : "Je suis partie à fond la caisse avec une quarantaine d’hommes, tous armés"

Ne vous fiez pas à son physique de brindille ! Personne ne moufte quand Hélène Banier donne des ordres aux hommes du Raid, qu’elle dirige… Pour cette minisérie de six épisodes, la comédienne Jeanne Bournaud s’est imprégnée de l’univers propre à ce type d’unité d’intervention, en effectuant un stage avant le tournage. « Ce n’était pas le Raid, mais les Équipes régionales d’intervention et de sécurité (Eris), qui agissent quand il y a une mutinerie, une prise d’otages ou un acte terroriste au sein d’une prison. Leurs uniformes, armes et équipements sont assez similaires. Et, là aussi, on fait appel à un négociateur, qui, avec le chef, forme une vraie dyade. » En leur compagnie, Jeanne a participé à un exercice pratique, une simulation de prise d’otages : « Après un appel d’urgence, je suis partie à fond la caisse avec une quarantaine d’hommes, tous armés. J’avais l’impression d’être dans un film d’action ! »

À lire également

François-Xavier Demaison évoque son personnage dans Le Négociateur : "C’est une vision apaisante de l’homme, en 2024"

Une heure plus tard, cette stagiaire particulière se retrouve dans une usine désaffectée. « Là, chacun joue sa partition : du chef aux tireurs d’élite, en passant par les pilotes de drones. Puis arrive le négociateur, qui commence son travail. Le temps de comprendre ce que le ravisseur souhaite obtenir, cela prend au moins deux heures. Pendant ce temps, avec un calme incroyable, chacun attend l’ordre de donner l’assaut. Postée au milieu d’eux, avec un casque de deux kilos sur la tête, j’ai été fascinée par toute cette maîtrise. » Forte de cette expérience, elle n’est pas dépaysée sur le tournage, les personnes constituant l’équipe du Raid n’étant pas de simples figurants, explique le coproducteur, Alexandre Amiel : « Ce sont d’anciens policiers, ou encore en activité. Tout a été fait pour que la partie polar soit la plus crédible possible. »

MÉLANGE DES GENRES…

Jeanne regrette toutefois de ne pas avoir pu effectuer une cascade, dans laquelle son personnage se jette sur un homme, depuis une passerelle. « Je rêvais de le faire, mais ils m’en ont empêchée. J’ai juste été filmée au déb...

Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi