Publicité

Le mystérieux syndrome de La Havane lié à une arme sonique de la Russie

Le mystérieux syndrome de La Havane, subi depuis plusieurs années par des dizaines de diplomates américains, est en lien avec une unité du renseignement russe, selon une enquête internationale de plusieurs médias publiée lundi.

À partir de 2016, des diplomates américains et canadiens en poste à Cuba ont dit être frappés de troubles, nommément migraines, vertiges, nausées, troubles de la vision…

À lire aussi Le «syndrome de la Havane» peut-être dû à des ondes électromagnétiques

Ces « incidents anormaux de santé », selon la terminologie employée aux États-Unis, ont ensuite été signalés ailleurs dans le monde (Chine, Allemagne, Australie, Russie, Autriche) et même à Washington.

L’affaire avait entraîné dès le début de vastes spéculations sur son origine. Certains responsables américains ont minimisé au départ les symptômes parfois attribués au stress, d’autres évoquant en privé de possibles attaques et soupçonnant déjà des pays comme la Russie.

L’unité 29155

Le renseignement américain avait lui estimé en mars 2023 « très improbable » qu’une puissance étrangère ou une arme soit à l’origine du mystérieux trouble.

Mais selon une enquête publiée par le journal russe indépendant The Insider, le magazine allemand Der Spiegel, et la chaîne américaine CBS, ces diplomates ont pu être la cible d’une arme sonique de la Russie.

L’enquête, qui a duré plus d’un an, dit avoir « découvert des éléments suggérant que ces incidents anormaux de santé […] pourraient provenir de l’u...


Lire la suite sur ParisMatch