Publicité

La mystérieuse disparition d’Amelia Earhart résolue grâce un drone sous-marin ? Cet explorateur y croit

L’aviatrice américaine a disparu en 1937 au-dessus du Pacifique en tentant un tour du monde. L’image de la supposée épave d’un avion a été capturée par un drôle à 5 000 m de profondeur.

C’est sans doute l’un des plus grands mystères de l’histoire de l’aviation, et l’une des épaves les plus célèbres (avec celle du Titanic). En 1937, alors qu’elle tentait d’être la première femme aviatrice à faire le tour du monde, Amelia Earhart disparaissait au-dessus du Pacifique. Tony Romeo, dirigeant de l’entreprise Deep Sea Vision, pense avoir retrouvé l’épave de l’avion grâce à un drone sous-marin.

Comme le rapportent nos confrères de Sky News, l’explorateur passionné a financé des recherches dans la zone suspectée de la disparition de l’aviatrice. Et fin 2023, en examinant les résultats fournis par les différents drones sous-marins envoyés sur place pour scanner les fonds marins, une forme s’est, d’après lui, clairement distinguée. Celle d’un avion, et plus précisément d’un Lockheed L-10E Electra.

Pour Tony Romeo, il ne s’agit pas d’une coïncidence, ni d’un mirage. Son drone aurait ainsi bien retrouvé l’épave de l’avion à environ 160 km de l’île Howland, territoire minuscule et inhabité situé en plein océan Pacifique, où une piste avait été aménagée en 1937 pour que l’aviatrice fasse étape. L’explorateur a annoncé prévoir une nouvelle expédition très bientôt à 5 000 m de profondeur pour confirmer ses suspicions.

Si Tony Romeo se dit très sûr de lui et de sa trouvaille, avançant même qu’il n’y aurait eu dans cette zone aucune autre disparition ou crash d’avion qui pourrait expliquer cette épave, prudence.

Dans les commentaires de l’image du sonar publiée, de très nombreux internautes se montrent sceptiques, avançant notamment qu’un Lockheed L-10E Electra n’a pas les mêmes caractéristiques structurelles que le type d’avion capté par le drone. D’autres accusent Tony Romeo de « fake news », afin de générer un buzz et de récolter de l’argent pour promouvoir sa société Deep Sea Vision.

Le mystère Amelia Earhart

L’aviatrice américaine Amelia Earhart a disparu au-dessus de l’océan Pacifique le 2 juillet 1937. Après avoir été en 1928 la première femme à traverser l’Atlantique, comme simple passagère cependant, elle était devenue en 1932 cette fois-ci la première femme pilote à le traverser. En 1937, Amelia Earhart se lance un nouveau défi : faire le tour du monde par l’est sur un avion bimoteur Lockheed 10-E Electra, avec son navigateur Fred Noonan.

Leur avion disparaît entre Lae en Papouasie-Nouvelle-Guinée et Hawaï le 2 juillet avant d’avoir pu atteindre l’île Howland où ils devaient faire étape. Les derniers à avoir eu un contact avec Amelia Earhart et Fred Noonan sont les marins à bord de l’Itasca, un bateau envoyé par la marine américaine pour guider les aviateurs.

Après leur disparition, des dizaines d’avions et de bateaux ont été envoyés à la recherche de l’épave, sans succès. Après deux ans, Amelia Earhart et Fred Noonan ont été déclarés morts.

De multiples hypothèses ont été avancées au fil des décennies et examinées par le biais de « preuves », notamment un atterrissage d’urgence réalisé sur la minuscule île Nikumaroro. Des ossements ainsi que des vêtements retrouvés sur l’île sont encore en cours d’examen aujourd’hui, 87 ans après la disparition d’Amelia Earhart.

À voir également sur Le HuffPost :

La carcasse d’un avion qui s’est crashé dans les Pyrénées enlevée plus de 60 ans après

Titanic : De nouveaux débris du Titan, dont de probables restes humains, retrouvés 4 mois après son implosion

VIDÉO - Implosion du sous-marin Titan près du Titanic : les véritables causes de l'accident dévoilées