Mystère de Kristin Smart : le procès attendu d’un père et son fils accusés de meurtre

David Middlecamp/AP/SIPA

Le procès de Paul et Ruben Flores s’est ouvert mi-juillet aux Etats-Unis. Le père et son fils sont accusés d’avoir tué la jeune Kristin Smart en 1996. Le corps de l’étudiante n’a jamais été retrouvé.

L’affaire Kristin Smart n’a cessé, depuis 1996, de faire la Une des médias américains. Cette année-là, l’étudiante américaine a mystérieusement disparu après avoir quitté une fête sur le campus de son université. Vingt-six ans plus tard, les deux principaux suspects, Ruben et Paul Flores, sont enfin jugés. Le procès du père et son fils a débuté le 18 juillet dernier en Californie et doit durer quatre mois. Paul Flores, aujourd’hui âgé de 45 ans, est accusé d’avoir violé et tué la victime, tandis que son père l’aurait aidé à cacher le corps. Le cadavre de la jeune fille de 19 ans n’a jamais été retrouvé mais aussitôt sa disparition signalée , le nom de Paul Flores s’est inscrit dans la liste des suspects. C’est lui qui a vu la victime pour la dernière fois. D’après l’un des amis de Kristin, interrogé à la barre lundi, Paul Flores avait l’habitude de la suivre, notamment la nuit, près de son dortoir, alors qu’il ne vivait pas là. Le «Tribune » de San Luis Obispo rapporte les propos de cet ami au cours de l’audience : «tout le monde, dans le dortoir, trouvait Paul bizarre». Kristin Smart elle-même était mal à l’aise lorsqu’il se trouvait près d’elle.

Les deux plaident non coupables

Paul Flores, lui aussi étudiant à la même université de San Luis Obispo, aurait proposé de la raccompagner chez elle après une fête au cours de laquelle elle avait beaucoup bu. Interrogé à l’époque, Paul Flores avait expliqué avoir conduit la jeune fille jusqu’à sa chambre avant de finalement la laisser finir sa route seule. Détail important à l’époque, le lendemain de la disparition, l’étudiant avait un œil au beurre noir. Les chiens renifleurs de la police avaient également conduit les agents jusqu’à la chambre du garçon. Selon le «


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles