Mystère autour du corps d’un cycliste démembré retrouvé dans les Pyrénées-Orientales

Ce mercredi 1er juin, le corps d'un homme découpé en morceaux a été retrouvé par un promeneur. Le cycliste avait disparu quelques jours plus tôt alors qu’il était parti en balade. Cette découverte macabre intrigue les enquêteurs qui tentent de retrouver l’auteur du crime.

Des sacs-poubelles qui font tache dans ce paysage idyllique des Pyrénées-Orientales. Ce mercredi 1er juin, un promeneur a fait une découverte macabre. Selon Le Parisien, celui-ci est surpris par une forte odeur de putréfaction alors qu’il se balade dans les sentiers d’un site très touristique, au pied des Orgues d'Ille-sur-Têt. En découvrant plusieurs sacs-poubelles, l’homme n’hésite pas et prévient immédiatement les forces de l’ordre.

Arrivés sur place, les gendarmes décident d’ouvrir ces sacs abandonnés dans la nature. Dans le premier sac, les enquêteurs découvrent une tête encore reliée à un tronc. Puis, dans le deuxième se trouve un bassin et des cuisses humaines. Les enquêteurs de la section de recherche de Montpellier se lancent alors immédiatement à la recherche du reste du corps.

Quelques heures plus tard, ils découvrent deux autres sacs plastiques. A l’intérieur, ils retrouvent des vêtements et du linge abîmés. Un hélicoptère est alors mis à disposition pour fouiller les lieux très difficiles d’accès. En vain.

“Ce n’est pas un voyou”

Ce n’est que vingt jours plus tard que les enquêteurs font une avancée. Les dernières expertises ont ainsi révélé que le corps retrouvé était celui de François Vigouroux, un homme âgé de 57 ans disparu depuis le 26 mai dernier.

Ce jour-là, ce cycliste amateur était parti se balader vers 17h30 sans jamais revenir. Ne le voyant pas rentrer, ses proches avaient rapidement signalé sa disparition aux autorités locales. La gendarmerie avait alors lancé un appel à témoins, sans succès.

Disposant désormais d'un nom et d'un prénom, les enquêteurs tentent alors de remonter sa trace et découvrent que le téléphone de la victime a borné à proximité du lieu de la découverte du corps jusqu’à 18h le jour de sa disparition, avant de s’éteindre.

Mais ce qui intrigue les enquêteurs, c’est bien la violence de cet acte, qui évoque les méthodes utilisées dans les règlements de comptes ou des crimes mafieux. Un modus operandi en décalage total avec le profil banal de ce père de famille sans histoire.

"François est électricien, ce n’est pas un voyou. Il rentre tous les soirs dîner à la maison. C’est un homme tout ce qu’il y a de plus normal”, confie l’un de ses proches au quotidien francilien.

Des recherches compliquées dans une zone touristique

Selon nos confrères du Parisien, l’autopsie n’ayant pu faire la lumière sur les circonstances de sa mort, les gendarmes n'écartent aucune piste. Seule certitude: l'homme a disparu aux alentours de 17h30 dans les sentiers des Orgues. De leurs côtés, les habitants de cette petite commune des Pyrénées-Orientales restent sous le choc.

“Ce qui m’inquiète le plus, c’est de savoir que le meurtrier n’a pas été arrêté. J’avais pour habitude d’aller me promener toute seule dans les environs. Je ne le fais plus”, raconte une commerçante du coin au quotidien.

Pour l’heure, les proches de la victime qui ont signalé sa disparition ne sont pas mis en cause dans les investigations. Les enquêteurs cherchent également à déterminer si l’homme a bien été tué à l’endroit où les morceaux de son corps ont été retrouvés. Une recherche d'indices en forme de course contre la montre, dans cette zone très fréquentée par les touristes, dont le passage pourrait compliquer les recherches.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Collégienne tuée à Clessé: ce que dit le jeune suspect, incarcéré à Dijon

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles