Publicité

Mylène Farmer en deuil : mort de Slim Pezin, son musicien et ami de longue date

Abaca
Abaca

Crédits photo : AbacaLa carrière de Mylène Farmer débutait il y a presque 40 ans, avec la parution en mars 1984 de sa première chanson "Maman a tort", devenue son premier succès populaire. A l'époque, la chanteuse, qui se rêve comédienne, fait la rencontre décisive de Jérôme Dahan et Laurent Boutonnat, son futur pygmalion, lors d'un casting pour interpréter ce titre malicieux et faussement enfantin. Entre les murs du studio Le Matin Calme de Jean-Claude Dequéant, situé à Aubervilliers, André Pezin, surnommé "Slim", assiste en première loge à l'éclosion de ce talent rare. À la fois guitariste, arrangeur et producteur, ce musicien de génie affiche déjà une impressionnante liste de collaborations avec Manu Dibango, Nino Ferrer, Johnny Hallyday, France Gall, Jean-Jacques Goldman ou Claude François, dont il devient le chef d'orchestre à partir de 1971. Il est aussi le co-fondateur du groupe disco Voyage, qui s'exportera jusqu'aux Etats-Unis avec le tube "From East To West". Si ce nom revient dans l'actualité, c'est parce que Slim Pezin vient de nous quitter à l'âge de 78 ans, comme l'annonce l'AFP. Les causes de sa disparition ne sont pas révélées mais l'artiste entretenait depuis 40 ans une longue amitié avec Mylène Farmer, qu'il accompagnera sur plusieurs décennies.

"Elle a tout de suite compris ce qu'était le métier"


Lorsqu'il rencontre Mylène Farmer en 1984, Slim Pezin est tout de suite fasciné par son aura. « Elle ne m'a pas dit un mot. J'étais impressionné par cette absence de paroles et je trouvais cela curieux dans un monde où on avait l'habitude de rencontrer des personnalités "décalées" mais où les mots sont tout de même assez faciles. Elle avait un chant étrange et, l'espace d'un instant, je me suis dit que c'était une fille d'exception...

Cliquez ici pour voir la suite


A lire aussi :

Mylène Farmer : une scène dans ce film Netflix !
Mylène Farmer : un documentaire inédit !
Mylène Farmer : le concert "Nevermore" au ciné