Moyen-Orient. L’ex-prince héritier de Jordanie “assigné à résidence”

Courrier international (Paris)
·2 min de lecture

L’ex-prince héritier Hamza, demi-frère du roi Abdallah de Jordanie, a annoncé avoir été “assigné à résidence” samedi 3 avril, accusé par l’armée de porter atteinte à la “sécurité du royaume”. Les autorités ont parallèlement procédé à l’arrestation d’une vingtaine de personnes liées au pouvoir, dont un ancien conseiller du souverain.

Généralement considérée comme un îlot de stabilité au Moyen-Orient, la Jordanie a connu samedi une journée mouvementée, avec l’arrestation de nombreux hauts responsables du royaume, soupçonnés de comploter contre le pouvoir en place – et peut-être même de vouloir le renverser.

La vague d’arrestations “fait suite à la découverte de ce que les autorités qualifient de complot complexe et de grande envergure”, impliquant plusieurs membres de la famille royale, “des chefs tribaux et des figures de la politique et des services de sécurité du pays”, rapporte le Washington Post. Le complot présumé aurait en outre bénéficié d’un soutien “étranger”, croit savoir le quotidien.

La chaîne Al-Arabiya a confirmé le “déploiement important de forces de sécurité dans la capitale Amman, et dans le quartier de Dabouq, où sont situés les palais royaux” et précisé que les arrestations visaient “plusieurs amis et proches collaborateurs du prince Hamza”.

Ce dernier, dépouillé de son titre de prince héritier en 2004 par Abdallah mais toujours très populaire en Jordanie, a assuré, dans une vidéo envoyée à la BBC, avoir été assigné à résidence dans son palais de Amman.

“J’ai reçu ce matin la visite du chef d’état-major de l’armée jordanienne, qui m’a informé que je n’étais pas autorisé à sortir, ni à communiquer” avec l’extérieur, en raison de “ma participation à des réunions durant lesquelles ont été formulées des critiques

[...] Lire la suite sur Courrier international

À lire aussi :