Publicité

Mouvement des agriculteurs, Zuckerberg au Congrès et la CAN… La semaine en photos

Des agriculteurs manifestent pour de meilleures conditions de travail, près du Parlement européen, à Bruxelles, le 1ᵉʳ février 2024. . PHOTO SAMEER AL-DOUMY/AFP
Des agriculteurs manifestent pour de meilleures conditions de travail, près du Parlement européen, à Bruxelles, le 1ᵉʳ février 2024. . PHOTO SAMEER AL-DOUMY/AFP

Le mouvement agricole amorce une “décrispation”, indique Le Soir. Les syndicats appellent à suspendre les blocages, sans toutefois cesser complètement la mobilisation. Le 1ᵉʳ février, le Premier ministre, Gabriel Attal, “a considérablement lâché du lest”, estime le quotidien belge, avec de nombreuses concessions. L’une des plus importantes : la suspension du plan Écophyto, destiné à réduire le recours aux pesticides.

Des enfants palestiniens lors d’une distribution de nourriture organisée par des associations caritatives, le 1ᵉʳ février 2024, à Rafah (Gaza). Dans l’enclave, les Palestiniens souffrent de famine extrême. . PHOTO ABED ZAGOUT/Anadolu/AFP
Des enfants palestiniens lors d’une distribution de nourriture organisée par des associations caritatives, le 1ᵉʳ février 2024, à Rafah (Gaza). Dans l’enclave, les Palestiniens souffrent de famine extrême. . PHOTO ABED ZAGOUT/Anadolu/AFP
Des enfants palestiniens lors d’une distribution de nourriture organisée par des associations caritatives, le 1ᵉʳ février 2024, à Rafah (Gaza). Dans l’enclave, les Palestiniens souffrent de famine extrême. . PHOTO ABED ZAGOUT/Anadolu/AFP
Des enfants palestiniens lors d’une distribution de nourriture organisée par des associations caritatives, le 1ᵉʳ février 2024, à Rafah (Gaza). Dans l’enclave, les Palestiniens souffrent de famine extrême. . PHOTO ABED ZAGOUT/Anadolu/AFP

Le président américain, Joe Biden, a annoncé, le 1ᵉʳ février, des sanctions visant quatre colons israéliens extrémistes accusés de violences envers des Palestiniens en Cisjordanie. Depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, des milliers de colons réservistes vivant en Cisjordanie ont été rappelés par Tsahal pour assurer la sécurité dans les colonies. Ils sont responsables de dérives souvent impunies, déplore Ha’Aretz, dont des vols, menaces et destructions.

Mark Zuckerberg, le patron de Meta, lors de son audition au Congrès américain au Capitol Hill de Washington, le 31 janvier 2024.  . PHOTO KENNY HOLSTON/THE NEW YORK TIMES
Mark Zuckerberg, le patron de Meta, lors de son audition au Congrès américain au Capitol Hill de Washington, le 31 janvier 2024. . PHOTO KENNY HOLSTON/THE NEW YORK TIMES
Mark Zuckerberg, le patron de Meta, lors de son audition au Congrès américain au Capitol Hill de Washington, le 31 janvier 2024.  . PHOTO KENNY HOLSTON/THE NEW YORK TIMES
Mark Zuckerberg, le patron de Meta, lors de son audition au Congrès américain au Capitol Hill de Washington, le 31 janvier 2024. . PHOTO KENNY HOLSTON/THE NEW YORK TIMES

Le 31 janvier, Mark Zuckerberg a été mis en cause lors d’une audition au Congrès américain. Les sénateurs ont souligné sa responsabilité dans les risques encourus par les jeunes sur les réseaux sociaux. Sous la pression, le patron de Meta a même présenté des excuses : un moment “extraordinaire”, selon The Washington Post. Également auditionné, Shou Zi Chew, patron de TikTok, a été soumis à un interrogatoire lunaire.

Le milieu de terrain sud-africain Teboho Mokoena célèbre son but lors du match de huitième de finale de la Coupe d’Afrique des nations contre le Maroc, le 30 janvier 2024. . PHOTO SIA KAMBOU/AFP
Le milieu de terrain sud-africain Teboho Mokoena célèbre son but lors du match de huitième de finale de la Coupe d’Afrique des nations contre le Maroc, le 30 janvier 2024. . PHOTO SIA KAMBOU/AFP
Le milieu de terrain sud-africain Teboho Mokoena célèbre son but lors du match de huitième de finale de la Coupe d’Afrique des nations contre le Maroc, le 30 janvier 2024. . PHOTO SIA KAMBOU/AFP
Le milieu de terrain sud-africain Teboho Mokoena célèbre son but lors du match de huitième de finale de la Coupe d’Afrique des nations contre le Maroc, le 30 janvier 2024. . PHOTO SIA KAMBOU/AFP

Le 30 janvier, l’Afrique du Sud s’est imposée face au Maroc en huitièmes de finale de la Coupe d’Afrique des nations. La Côte d’Ivoire, pays hôte (et qualifiée pour les quarts), espère d’importantes retombées économiques. “Le président Alassane Ouattara a mis les petits plats dans les grands dans l’espoir d’en tirer des dividendes”, note Tama Media. Les autorités avaient annoncé des investissements à hauteur de 920 millions d’euros.

Devant les locaux des Nations unies à Bangkok (Thaïlande), des manifestants piétinent des affiches de Min Aung Hlaing, chef de la junte militaire qui a mené un coup d’État en Birmanie il y a trois ans, le 1ᵉʳ février 2021. . PHOTO CHALINEE THIRASUPA/REUTERS
Devant les locaux des Nations unies à Bangkok (Thaïlande), des manifestants piétinent des affiches de Min Aung Hlaing, chef de la junte militaire qui a mené un coup d’État en Birmanie il y a trois ans, le 1ᵉʳ février 2021. . PHOTO CHALINEE THIRASUPA/REUTERS
Devant les locaux des Nations unies à Bangkok (Thaïlande), des manifestants piétinent des affiches de Min Aung Hlaing, chef de la junte militaire qui a mené un coup d’État en Birmanie il y a trois ans, le 1ᵉʳ février 2021. . PHOTO CHALINEE THIRASUPA/REUTERS
Devant les locaux des Nations unies à Bangkok (Thaïlande), des manifestants piétinent des affiches de Min Aung Hlaing, chef de la junte militaire qui a mené un coup d’État en Birmanie il y a trois ans, le 1ᵉʳ février 2021. . PHOTO CHALINEE THIRASUPA/REUTERS

Le 1ᵉʳ février a marqué les trois ans du coup d’État en Birmanie, mené par une junte militaire qui avait renversé le gouvernement élu, en arrêtant Aung San Suu Kyi, chef du gouvernement de facto, et le président Win Myint. Cette junte ne cesse aujourd’hui de céder du terrain, et à perdu le contrôle de plus de 50 % du pays, rapporte The Observer, face à l’offensive de groupes armés qui se battent pour en finir avec le régime militaire.—

[...] Lire la suite sur Courrier international