Publicité

MotoGP : sécurité, visas... Le Grand Prix d'Inde interroge et inquiète

Le week-end du Grand Prix d'Inde n'a même pas commencé qu'il fait déjà beaucoup de bruit. Son apparition au calendrier inquiète une partie des pilotes car le circuit, à Buddh, est vétuste. Et ne semble pas, selon certains, apporter assez de garanties concernant la sécurité. Ce circuit a été homologué tardivement par la Fédération internationale, après des modifications apportées à la piste. Surface, virages trop proches des murs, vibreurs et bordures inquiètent les pilotes. Au cours d'une réunion, ces derniers ont pu, via une vidéo, regarder les images des travaux effectués à Buddh pour rendre le circuit plus praticable.

Des problèmes de visas

Le circuit indien avait d'abord été imaginé et construit pour accueillir de la Formule 1. L'ensemble du paddock, sans réellement menacer de ne pas concourir, attend de voir sur place la qualité du circuit pour se montrer définitivement rassuré. Cette séquence a eu le mérite d'unifier les pilotes, de plus en plus amenés à revendiquer leurs droits et poser sur la table le sujet de la sécurité.

>> Toute l'actualité du MotoGP

Selon le site MotorcyclesSport, les équipes connaissent aussi des problèmes pour se rendre en Inde. En ce début de semaine, certains membres du paddock n'ont toujours pas reçu leurs visas et n'ont pas pu prendre leur vol, alors que 2000 personnes sont attendues dans le cadre de l'événement. Le contrat avec le Grand Prix d'Inde porte sur cinq saisons.

Article original publié sur RMC Sport