Publicité

Moteurs diesel : quels sont ceux à éviter ?

Vous envisagez l’achat d’un véhicule d’occasion diesel ? Bien qu’il ne soit plus en odeur de sainteté dans les villes (Crit’Air, ZFE…), le diesel reste toujours attractif et abordable sur le marché de l’occasion. En 2023, sur les 5,2 millions de voitures d’occasion vendues en France, 2,71 millions étaient des diesels. C’est hautement symbolique : il représente 51,7% des ventes d’occasion, alors que dans le même temps, sur le marché du neuf, il est passé à moins de 10% des immatriculations. Si, comme la majorité des Français, vous comptez aussi sauter le pas, pas de précipitation. Certains modèles peuvent être alléchants en prix, mais cacher de lourds problèmes de fiabilité. Dans le doute et pour vous aiguiller, voici les blocs diesel qui sont à éviter absolument, pour ne pas avoir de mauvaises surprises…

Chez Renault/Nissan/Dacia :

  • 5 dCi 60/65/70/75/80/85/ 90/100/105/110 ch: Ce sont principalement les pompes d'injection (elles se désagrégeaient et entraînaient la casse du moteur) qui ont posé problème sur cette famille de motorisations. Sur les versions de 60, 80 et 90 ch antérieures à 2006, le vilebrequin s'avère également fragile. Le Nissan Qashqai, a été victime de casses de bielles sur le 1.5 dCi 106 ch et sur quelques 2.0 150 ch, jusqu'en 2008, et de casses moteur jusqu'en 2010 (poulies et courroie de distribution).

  • 0 dCi: Les exemplaires sortis de chaîne durant la première année de production (Laguna III seulement) subissent des ennuis d'injecteurs, fiabilisés dès 2009.

Chez Peugeot/Citroën :

Commercialisés depuis 2014, Lire la suite sur Autoplus