Une mosquée vandalisée à Bondy, dans le 93, une enquête ouverte

·2 min de lecture
La mosquée de Bondy, en Seine-Saint-Denis, première du genre à être officiellement ouverte dans le département, a subi des dégradations le 28 juillet. Une enquête a été ouverte (photo d'archive prise en 2005 à l'occasion de l'ouverture de la mosquée). (Photo: STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
La mosquée de Bondy, en Seine-Saint-Denis, première du genre à être officiellement ouverte dans le département, a subi des dégradations le 28 juillet. Une enquête a été ouverte (photo d'archive prise en 2005 à l'occasion de l'ouverture de la mosquée). (Photo: STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

ISLAMOPHOBIE - “Restons forts et unis face à l’intolérance.” Voici comment Stephen Hervé, le maire de Bondy, en Seine-Saint-Denis, a réagi après les dégradations commises contre la mosquée de sa ville, mercredi 28 juillet.

Comme le montrent plusieurs photographies publiées sur son compte Twitter par l’édile, on voit de nombreux bris de verre et des fenêtres largement endommagées. Comme le rapportent nos confrères de France Bleu Paris, ce sont des trophées de sport qui ont été projetées contre les vitres du bâtiment religieux.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Dans la foulée de cette découverte, le parquet de Bobigny a annoncé l’ouverture d’une enquête judiciaire, confiée au commissariat de Bondy. En outre, il a été demandé à la police municipale d’intensifier ses patrouilles à proximité du bâtiment, “première véritable mosquée construite en Seine-Saint-Denis”, comme la décrit l’office de tourisme du 93.

Comme Stephen Hervé, plusieurs personnalités officielles ont dénoncé les dégâts commis contre la mosquée. Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin “condamne” par exemple “les dégradations inacceptables” qui ont visé l’édifice quand le préfet de Seine-Saint-Denis Jacques Witkowski parle, lui, d’un “acte de vandalisme”.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Le Conseil français du culte musulman (CFCM) a de son côté condamné “fermement l’acte de vandalisme” et “exprime son soutien total aux responsables et aux fidèles de la mosquée”.

Apportant son soutien à la communauté musulmane de la ville, le maire de Bondy espère finalement “que les auteurs de cet acte lâche et insensé seront rapidement retrouvés et remis à la justice”.

À voir également sur le HuffPost: Une mosquée de Rennes cible de tags anti-musulmans

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

LIRE AUSSI:

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles