Publicité

Moscou: Poutine affirme que l'attaque a été commise par "des islamistes radicaux" et fait un lien avec l'Ukraine

Trois jours après l'attaque qui a fait au moins 137 morts près de Moscou, le président russe a confirmé que la tuerie avait été commise par des "islamistes radicaux".

Le président russe Vladimir Poutine a imputé pour la première fois l'attentat de Moscou à des "islamistes radicaux", ce lundi 25 mars, tout en disant se préoccuper principalement d'en connaître les commanditaires et bénéficiaires et en liant la tragédie aux "attaques du régime de Kiev contre la Russie".

Selon lui, les assaillants de la salle de concert près de la capitale russe fuyaient vers l'Ukraine, sans que les services russes ne sachanet pour l'instant "pourquoi".

"Il est important de répondre à la question de savoir pourquoi les terroristes, après leur crime, ont essayé de partir en Ukraine? Qui les attendait là-bas?", a déclaré le président russe lors d'une réunion gouvernementale, alors que Kiev a démenti toute implication dans l'attaque.

Au moins 139 morts

Il a ensuite répété que les assaillants, après l'attaque qui a fait au moins 139 morts, selon un nouveau bilan, avaient tenté de fuir vers le territoire ukrainien avant d'être arrêtés.

"Il est important de répondre à la question de savoir pourquoi les terroristes, après leur crime, ont essayé de partir en Ukraine? Qui les attendait là-bas? Ceux qui soutiennent le régime de Kiev ne veulent pas être des complices de la terreur et des soutiens du terrorisme, mais beaucoup de questions se posent", a dit le président russe.

Ce week-end, Vladimir Poutine et ses puissants services de sécurité, le FSB, n'avaient pas mentionné d'implication jihadiste, évoquant de concert une piste ukrainienne qui a été vivement démentie par Kiev et les Occidentaux.

Lundi soir, Vladimir Poutine a néanmoins à nouveau sous-entendu que l'attaque pourrait avoir un lien avec Kiev et ses soutiens.

"Immédiatement, on se demande à qui cela profite? Cette atrocité peut être un nouvel épisode de la série de tentatives de ceux qui, depuis 2014, combattent notre pays à travers le régime néonazi de Kiev", a-t-il affirmé.

"Et les nazis, c'est bien connu, n'ont jamais dédaigné utiliser les méthodes les plus sales et les plus inhumaines pour atteindre leurs objectifs", a-t-il déclaré.

Article original publié sur BFMTV.com

VIDÉO - Pierre-Olivier Variot : "Si demain, Poutine bombarde la France, acheter un comprimé d’iode ne servira à rien : on sera vitrifiés avant d’avoir pu l’avaler"