La France demande « la libération immédiate » d’Alexeï Navalny

Source AFP
·1 min de lecture
L'opposant russe Alexeï Navalny a quitté Berlin en avion pour rejoindre la Russie, le 17 janvier 2021.

L’opposant russe a été arrêté à Moscou à la descente de son avion, venu de Berlin, où il était en convalescence depuis son empoisonnement.

Le principal opposant au Kremlin est arrivé, ce dimanche 17 janvier, à Moscou, où les services pénitentiaires russes ont confirmé son arrestation, après que son avion a atterri. Alors qu'il devait initialement atterrir à l'aéroport Vnoukovo de Moscou, l'avion le transportant a finalement été dérouté vers celui de Cheremetievo et s'est posé à 18 h 12 (heure française), près de trois heures après avoir quitté Berlin, selon des journalistes de l'Agence France-Presse. Selon un communiqué du FSIN, Alexeï Navalny « restera en détention jusqu'à la décision du tribunal » sur son cas, sans préciser à quelle date elle pourrait avoir lieu.

« Alexeï a été arrêté sans que la raison soit expliquée (...) Ils ne m'ont pas laissée revenir vers lui » après avoir passé la frontière, a indiqué à l'Agence France-Presse l'avocate de l'opposant, Olga Mikhaïlova. En montant à bord de son avion aux côtés de sa femme Ioulia, Alexeï Navalny avait dit être « très heureux » de revenir et assuré « n'avoir rien à craindre en Russie ». « Je suis certain que tout va bien se passer. On va m'arrêter ? Ce n'est pas possible, je suis innocent », a-t-il lancé, avant d'ajouter : « En Allemagne, c'était bien, mais rentrer à la maison c'est toujours mieux. »

À LIRE AUSSIL'effet Navalny et la multiplication des lois répressives

Des critiques internationales

Le retour d'Alexeï Navalny en Russie ne manque pas de faire parler. « La France a pris connaissance avec une très forte préoccupation de l'arrestati [...] Lire la suite

Ce contenu peut également vous intéresser :