Moscou ne demandera pas l'extradition des Russes fuyant la mobilisation à l'étranger

Moscou ne demandera pas l'extradition des Russes fuyant la mobilisation à l'étranger
Poste-frontière à la bordure russo-géorgienne le 25 septembre 2022.  - Vano Shlamov
Poste-frontière à la bordure russo-géorgienne le 25 septembre 2022. - Vano Shlamov

Le ministère russe de la Défense a indiqué mardi qu'il ne solliciterait pas de gouvernements étrangers pour obtenir l'extradition des milliers de Russes ayant fui le pays afin d'échapper à la mobilisation pour combattre en Ukraine.

"Le ministère russe de la Défense, dans le cadre de la mobilisation partielle, n'a pas envoyé, n'a pas préparé et n'enverra pas de demandes aux autorités du Kazakhstan, de la Géorgie et d'autres pays concernant la question d'un retour supposément forcé en Russie de citoyens russes se trouvant là-bas", a-t-il indiqué dans un communiqué.

Depuis l'annonce d'une mobilisation militaire "partielle" des réservistes le 21 septembre, des dizaines de milliers d'hommes russes en âge de combattre ont fui à l'étranger, en particulier dans les anciennes républiques soviétiques d'Asie centrale et du Caucase. Une note des renseignements russes, dévoilée lundi par le média Novaïa Gazeta, estime même le nombre de ces exilés volontaires à 261.000.

La protection du pouvoir kazakh

Si un citoyen russe reçoit une convocation et ne se présente pas à un commissariat militaire, il peut théoriquement être considéré comme un déserteur et être placé sur la liste des personnes recherchées en Russie. Cité par l'agence Interfax, le ministre kazakh de l'Intérieur, Marat Akhmetjanov, a indiqué mardi qu'Astana serait contraint d'extrader des Russes fuyant la mobilisation seulement dans le cas où ces derniers seraient placés sur la liste officielle des personnes recherchées en Russie.

Le président kazakh, Kassym-Jomart Tokaïev, a, lui, promis de protéger les Russes mobilisables ayant fui au Kazakhstan, alors que les relations entre Astana et Moscou subissent un coup de froid depuis l'offensive russe en Ukraine.

Article original publié sur BFMTV.com