Un mort dans une attaque à la roquette contre une base US au Kurdistan irakien

par John Davison et Ahmed Rasheed
·2 min de lecture
UN MORT DANS UNE ATTAQUE À LA ROQUETTE CONTRE UNE BASE US AU KURDISTAN IRAKIEN

par John Davison et Ahmed Rasheed

ERBIL (Reuters) - Une attaque à la roquette contre une base militaire abritant des soldats américains dans la région semi-autonome du Kurdistan irakien a fait lundi un mort et cinq blessés dont un membre des services américains, a déclaré la coalition menée par les Etats-Unis en Irak, citant de premiers éléments sur l'attaque.

Il s'agit de l'attaque la plus meurtrière ayant visé les troupes américaines en Irak depuis près d'un an, alors que les tensions dans le pays se sont exacerbées entre, d'un côté, l'armée américaine et ses alliés irakiens et kurdes et, de l'autre, les milices liées à l'Iran.

Une porte-parole de la coalition a indiqué sur Twitter que l'attaque avait ciblé les troupes de la coalition à Erbil, capitale du Kurdistan irakien.

Plus tôt, des sources sécuritaires kurdes ont déclaré qu'au moins trois roquettes s'étaient abattues lundi soir près de l'aéroport international d'Erbil.

Un journaliste de Reuters a entendu plusieurs explosions et constaté qu'un incendie s'était déclenché, pendant quelques minutes, à proximité de l'aéroport.

Les troupes américaines occupent une base militaire adjacente à l'aéroport civil d'Erbil.

Dans un communiqué, le ministère kurde de l'Intérieur a fait état du tir de plusieurs roquettes contre Erbil et sa périphérie et de plusieurs blessés, sans davantage de précisions.

Un groupe se prénommant Saraya Awlya al Dam a revendiqué l'attaque contre la base abritant l'armée américaine, disant cibler "l'occupation américaine en Irak".

Des groupes que des représentants irakiens estiment liés à l'Iran ont revendiqué par le passé des séries d'attaques contre les forces de la coalition menée par les Etats-Unis, notamment des bombardements contre l'ambassade américaine à Bagdad.

(John Davison à Erbil, Ahmed Rasheed à Bagdad; version française Jean Terzian)