Publicité

La mortalité maternelle en forte hausse en 2021 aux États-Unis, un record depuis 1960

Le taux de mortalité maternelle s'est élevé à 32,9 décès pour 100.000 naissances en cette deuxième année marquée par le Covid-19 aux États-Unis. (Illustration) 
 - Pexels - CC
Le taux de mortalité maternelle s'est élevé à 32,9 décès pour 100.000 naissances en cette deuxième année marquée par le Covid-19 aux États-Unis. (Illustration) - Pexels - CC

Un triste record qui remonte au milieu des années 1960. Quelque 1205 femmes sont décédées pour une cause liée ou aggravée par leur grossesse ou leur prise en charge aux États-Unis en 2021, deuxième année de pandémie de Covid-19, indique un rapport du Centre national des statistiques de santé (NCHS) américain publié jeudi.

Le taux de mortalité maternelle s'est par conséquent élevé à 32,9 décès pour 100.000 naissances en cette deuxième année marquée par le Covid-19.

Plus de risques de décès pour les femmes noires

Mais le rapport pointe également des inégalités entre les femmes. En 2021, le taux de mortalité maternelle des femmes noires s'est établi à 69,9 décès pour 100.000 naissances, soit 2,6 fois le taux des femmes blanches, qui était de 26,6 décès pour le même nombre de naissances, indique le NCHS.

En 2020, 861 femmes étaient décédées dans ces conditions, contre 754 en 2019. Des chiffres en inquiétante augmentation au fil des années, alors que le taux de ces décès aux États-Unis est le plus élevé parmi les pays industrialisés.

La mortalité maternelle est définie par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) comme un décès survenu au cours de la grossesse ou dans les 42 jours suivants pour une cause liée ou aggravée par sa grossesse ou sa prise en charge. Les avancées médicales ont permis de diminuer leur nombre au fil des décennies.

Le rapport du NCHS, basé sur des données, n'explique pas les raisons de l'augmentation des décès maternels aux États-Unis en 2021, ni la disparité entre les femmes noires et les femmes blanches.

"Crise de la mortalité maternelle"

"Ceux d'entre nous qui travaillent dans le domaine des soins de maternité savent depuis longtemps qu'il s'agit d'un problème dans notre pays", a déclaré à CNN le docteur Elizabeth Langen, spécialiste de la médecine fœto-maternelle à haut risque aux Etats-Unis.

Et des experts ont déjà indiqué que la pandémie de Covid-19 avait été un facteur important dans l'augmentation de ces décès de femmes enceintes ou peu après leur grossesse, comme les conditions socio-économiques et le manque d'accès aux soins de qualité pour de nombreuses femmes noires dans le pays.

"La pandémie de Covid-19 a eu un effet dramatique et tragique sur les taux de mortalité maternelle, mais nous ne pouvons pas laisser cela obscurcir le fait qu'il y avait déjà - et qu'il y a toujours - une crise de la mortalité maternelle", a déclaré de son côté Iffath Abbasi Hoskins, la présidente du Collège américain des obstétriciens et gynécologues.

L'élimination des "inégalités raciales en matière de santé" doit être une priorité absolue en matière de santé publique, a-t-elle déclaré dans un communiqué, quand les femmes noires représentent "un nombre disproportionné" de ces décès "à des taux croissants et alarmants", une tendance qu'il faut "stopper".

Républicains accusés

La Maison Blanche a dénoncé les tentatives répétées des républicains d'abroger une législation surnommée "Obamacare", qui permet à des personnes ayant déjà des ennuis de santé de pouvoir malgré tout souscrire une assurance médicale.

Les républicains sont aussi accusés de vouloir réduire le "Medicaid", un système de couverture santé universelle destiné aux plus modestes.

"C'est incompréhensible et incroyablement dangereux ce que nous voyons de la part de nos collègues républicains au Congrès", a lancé la porte-parole de la Maison Blanche.

"Les républicains veulent détruire les soins de santé des Américains", dénonce-t-elle encore, alors que 40% des femmes dépendent du système "Medicaid" au moment de l'accouchement, selon elle.

Article original publié sur BFMTV.com