Publicité

Mort de Nahel : Les déclarations de Florian M., policier auteur du tir mortel dévoilées

<p>Le journal de "Le Parisien" a fait fort.</p>
<p>Marche blanche organisée en hommage à Nahel jeune homme tué par un policier après un refus d'obtempérer, à Nanterre, France. 6 200 personnes sont présentes, selon la police. © Jean-Baptiste Autissier/Panoramic/bestimage <br /><br /></p> - © BestImage, JB Autissier / Panoramic / Bestimage
Le journal de "Le Parisien" a fait fort. Marche blanche organisée en hommage à Nahel jeune homme tué par un policier après un refus d'obtempérer, à Nanterre, France. 6 200 personnes sont présentes, selon la police. © Jean-Baptiste Autissier/Panoramic/bestimage - © BestImage, JB Autissier / Panoramic / Bestimage

En exclusivité le "Parisien" a dévoilé ce que le policier à l'origine de la mort de Nahel a déclaré pendant sa garde à vue. Il décrit comment il a vécu cette scène d'horreur et l'on peut voir que son collègue n'a pas tout à fait la même version des faits.

Mardi 27 juin, un drame s'est produit. Nahel, jeune homme de 17 ans, est mort. Il était au volant d'une voiture à Nanterre, sans permis de conduire, et lors d'un contrôle il a été tué par un policier après un refus d'obtempérer. Des images insoutenables ont été dévoilées et de nombreuses émeutes ont eu lieu un peu partout en France. Le policier, lui, est mis en examen pour homicide volontaire et a été incarcéré à la prison de la Santé, à Paris. Le Parisien vient de dévoilerun compte rendu des déclarations en garde à vue du brigadier de 38 ans.

Selon les dires de Florian M, quelques heures après les faits et après avoir subi un examen psychiatrique, il ne voulait pas tuer le jeune adolescent. Il en était à son 9e jour de travail consécutif et ce jour-là, au petit matin, avec son collègue, il a repéré une Mercedes "dont le moteur vrombissait et qui circulait dans la voie de bus". Sur leur moto, ils s'approchent alors de la voiture, allument leurs gyrophares et demandent au conducteur et aux deux passagers de se ranger sur le côté pour procéder à un contrôle. Nahel est alors reparti "à pleine vitesse". Selon le collègue de Florian M., Nahel serait allé jusqu'à 80 ou 100 km/h.

Finalement les policiers retrouvent la voiture bloquée dans des bouchons. Florian M. se place au niveau du pare-brise et sort son arme. Il se met alors en "tir fichant" - c'est est un tir pour lequel la balle doit obligatoirement se ficher dans le sol à une...

Lire la suite


À lire aussi

Mort de Nahel, 17 ans : une candidate culte de Koh-Lanta au coeur de la marche blanche, elle dévoile des images
Alec Baldwin auteur d'un tir mortel : l'acteur inculpé d'homicide involontaire, ce qu'il risque
Mort de Lisa-Marie Presley : le lieu de ses obsèques dévoilé, une décision lourde de sens