Mort de Justine Vayrac: l'avocat du suspect prévoit "un long travail" et estime que son client doit "réagir"

Michel Labrousse, avocat de Lucas L., le 27 octobre 2022   - BFMTV
Michel Labrousse, avocat de Lucas L., le 27 octobre 2022 - BFMTV

De nombreuses questions et encore trop peu de réponses. Ce jeudi soir, quelques heures après que Lucas L. a avoué avoir tué et enterré le corps de Justine à Beynat en Corrèze, le jeune homme a été mis en examen pour meurtre, séquestration et viol. Après ses aveux, le corps de sa victime a été retrouvé non loin de son domicile.

"Il faut qu'il réagisse"

Sur l'antenne de BFMTV, son avocat, Me Michel Labrousse, rappelle succinctement que "les faits sont sur fond de sortie de discothèque, nous le savons, d’alcool, et ensuite un drame."

"Il faut qu’il réagisse, il faut qu’il perçoive ce qui s’est passé et tout ça va nécessiter un long travail pour ce qui le concerne", assure-t-il.

En ce qui concerne la suite de cet épineux dossier, l'homme de loi s'attend à une instruction "qui sera longue, qui sera difficile."

"Le ministère public nous a livré quelques éléments d’information qu’il peut vous livrer mais auxquels je ne peux pas apporter de commentaires. Il y aura une instruction sérieuse, des magistrats, des professionnels qui vont se pencher sur ce dossier. Il y a une chose qui est sûre, c’est que ce qui se dira dans cette instruction restera secret ce qui évitera que se retrouvent répandus dans la presse des éléments d’information erronés", a-t-il averti.

"Coup de poing"

Toujours en fin de journée, le procureur de la République de Limoges, Baptiste Porcher, a détaillé le déroulement de la soirée d'après le principal suspect.

"Quelques heures avant la fin de sa garde à vue, il a reconnu avoir tué sa victime à son domicile", c'est-à-dire l'exploitation agricole familiale, a-t-il souligné avant de noter que le suspect avait bien évoqué une relation sexuelle mais parlé d'un rapport "consenti".

Lucas L. a ensuite déclaré avoir administré "un coup de poing" à la mère de famille de 20 ans, un coup qui aurait "occasionné sa mort", selon son récit. Il a encore affirmé avoir chargé le corps dans son véhicule avant de se servir d'un "engin agricole pour creuser la terre et enterrer la victime".

Article original publié sur BFMTV.com