Publicité

Mort de Frédéric Mitterrand : Stéphane Bern en larmes dans « C à Vous » quand il apprend la nouvelle

Stéphane Bern dans « C à Vous » apprend en direct la mort de Frédéric Mitterrand le 21 mars 2024.
Capture écran France 5 Stéphane Bern dans « C à Vous » apprend en direct la mort de Frédéric Mitterrand le 21 mars 2024.

POLITIQUE - « J’ai beaucoup de peine ce soir. » L’animateur Stéphane Bern a exprimé son émotion ce jeudi 21 mars sur le plateau de C à Vous sur France 5, émission au cours de laquelle il a appris en direct la mort de l’ancien ministre et homme de télévision Frédéric Mitterrand.

Frédéric Mitterrand, ancien ministre sous Sarkozy, est mort à l’âge de 76 ans

Il était quelques minutes avant 20 heures lorsque la nouvelle est tombée. « On vient d’apprendre la mort de Frédéric Mitterrand », déclare l’animatrice Anne-Élisabeth Lemoine en regardant Stéphane Bern, invité de l’émission du jour pour parler du Loto du patrimoine. Ce dernier, sous le choc, mets ses mains sur son visage. Le journaliste Lorrain Sénéchal rappelle que l’ancien ministre de la Culture était malade.

Les regards se tournent ensuite vers Stéphane Bern, que tout le monde autour de la table sent « très ému ». « Oui », répond le présentateur dans un sanglot étouffé. « Je suis très ému parce qu’évidemment c’était mon modèle, c’était un ami, c’est... j’aurai du mal à en parler au passé », poursuit-il les yeux rouges et la voix chevrotante.

« Il n’aurait pas dû être ministre »

« Je le savais malade évidemment, on échangeait il me disait que ça allait. Je prenais des nouvelles auprès de son frère Jean-Gabriel... Mais ça me touche vraiment. Et vous savez, je pense... c’est horrible ce que je vais dire, je pense qu’il n’aurait pas dû être ministre », estime alors Stéphane Bern.

Et s’explique : « Il me disait “moi ce que j’aime c’est faire de la télévision, raconter des histoires” et tout le monde lui a tourné le dos après. Quand vous entrez dans l’arène politique, que vous prenez des responsabilités, que vous êtes ministre, après les gens ne vous regardent plus. » Une réflexion qui pourrait presque s’appliquer à lui qui vient d’être élu conseiller municipal dans son village et à qui des ambitions politiques sont prêtées.

Stéphane Bern loue ensuite Frédéric Mitterrand, un « immense écrivain ». « C’est un immense écrivain, insiste-t-il. Il avait une sensibilité, il a fait des films formidables, c’est un homme de culture ». L’animateur de France 2 dit comprendre qu’il soit difficile de résister au poste de ministre de la Culture, et ajoute : « Par chance, moi on me le proposera jamais. » Lors du dernier remaniement en janvier, son nom circulait pourtant pour le poste qui est finalement revenu à Rachida Dati.

À voir aussi sur Le HuffPost :

Dans « Plus Belle La Vie, encore plus belle », la disparition du personnage de Marwan Berreni bientôt expliquée

Line Renaud sur l’IVG dans la Constitution : « Une des plus belles choses » pour la France