Mort d'Elizabeth II: un acteur hongkongais s'excuse d'avoir fait l'éloge de la reine

Elizabeth II saluant la foule, le 5 juin 2021 - Frank Augstein / POOL / AFP
Elizabeth II saluant la foule, le 5 juin 2021 - Frank Augstein / POOL / AFP

Un célèbre acteur et chanteur de Hong Kong s'est excusé jeudi, clamant son patriotisme, après avoir fait l'éloge de la défunte reine Elizabeth II. Son hommage à la monarque avait suscité l'ire des nationalistes en Chine, qui l'avaient perçue comme une marque de nostalgie de l'époque où Hong Kong était une colonie britannique.

Des milliers d'habitants de Hong Kong ont fait la queue cette semaine devant le consulat britannique pour signer un livre de condoléances pour la monarque, morte le 8 septembre après 70 ans de règne.

Parmi eux figurait Law Kar-ying, 75 ans, un poids-lourd de la scène de l'opéra cantonais, qui a publié sur Instagram un selfie depuis la file d'attente avec pour message: "Hong Kong était une terre bénie pendant son règne". Instagram est interdit en Chine continentale mais le message de Law Kar-ying est devenu viral sur d'autres réseaux sociaux, déclenchant colère et critiques du côté des nationalistes.

"Je suis Chinois et j'aime ma mère patrie pour toujours"

Law Kar-ying a publié jeudi sur la plateforme Weibo, le Twitter chinois, une vidéo pour s'excuser d'avoir "fait des remarques de deuil sans réfléchir". Son message sur Instagram a été effacé.

"Mon intention de départ était d'exprimer mes condoléances pour une femme âgée décédée et je voudrais demander à chacun de ne pas surinterpréter ce que j'ai dit", déclare en mandarin Law Kar-ying dans cette vidéo.

"Il m'est impossible d'oublier mon origine et mes ancêtres. Le fait que j'ai conservé un passeport chinois dit tout, je suis Chinois et j'aime ma mère patrie pour toujours. Je suis désolé", ajoute-t-il.

Passé colonial, présent nationaliste

Hong Kong a été une colonie britannique durant plus de 150 ans et, même si la place financière a été rétrocédée à la Chine en 1997, elle garde l'histoire gravée en elle, depuis les noms des rues et l'omniprésence de l'anglais jusqu'au système judiciaire.

Si la réaction à la mort de la reine a été plus mesurée dans d'autres ex-colonies, à Hong Kong environ 6.700 personnes, y compris certains responsables gouvernementaux, avaient signé jeudi le livre de condoléances au consulat, avec des files d'attente durant jusqu'à quatre heures sinuant dans le quartier des affaires.

Alors que la Chine cherche à éradiquer la dissidence après les énormes manifestations pro-démocratie d'il y a trois ans, ces personnes endeuillées ont souvent exprimé leur nostalgie pour le passé colonial.

Ta Kung Pao, un journal hongkongais qui dépend du bureau de liaison local de Pékin, a publié mardi un commentaire accusant "des éléments anti-Chinois et des médias anti-Chinois" de "blanchir le système colonial" en encourageant le deuil d'Elizabeth II.

Le nationalisme a progressé en Chine sous la présidence de Xi Jinping et toute perception d'une critique ou d'une déloyauté envers le pays peut coûter cher aux célébrités ou aux hommes d'affaires auprès des consommateurs.

Beaucoup de commentaires de la vidéo publiée par Law Kar-ying sur Weibo se disaient non convaincus par ses excuses. Certains lui conseillaient même d'"apprendre de son épouse", Liza Wang, également une star de l'opéra cantonais qui a été une déléguée de Hong Kong à l'Assemblée du peuple avant 1997.

Article original publié sur BFMTV.com