Publicité

Mort d’Alexeï Navalny : ses funérailles annoncées pour vendredi 1er mars, à Moscou

Les funérailles d’Alexei Navalny auront lieu à Moscou le vendredi 1er mars. (Photo d’illustration prise en Allemagne le 16 février 2024)
- / AFP Les funérailles d’Alexei Navalny auront lieu à Moscou le vendredi 1er mars. (Photo d’illustration prise en Allemagne le 16 février 2024)

INTERNATIONAL - Les funérailles d’Alexei Navalny ont enfin pu être organisées. Après avoir été retenu pendant une semaine par les autorités russes, la dépouille de l’opposant russe à Vladimir Poutine mort en prison, a finalement été rendue à ses proches samedi dernier. Dans la foulée, sa porte-parole Kira Yarmysh a annoncé ce mercredi 28 février que les funérailles du militant anticorruption auront lieu à Moscou, ce vendredi 1er mars.

« Les funérailles d’Alexei auront lieu en l’église de l’Icône de la Mère de Dieu à Maryino (district du Sud-Est de Moscou), le 1er mars à 14h00 », a-t-elle indiqué sur X (ex-Twitter). « Venez à l’avance. Les funérailles auront lieu au cimetière de Borisovskoye », invite-t-elle à l’intention des partisans d’Alexei Navalny. L’enterrement du cercueil aura lieu à 16 h 00 locales, à près de 20 kilomètres des murs rouges du Kremlin.

Grandes difficultés pour trouver un lieu

Depuis la remise du corps de l’opposant à sa mère samedi dernier, l’équipe de l’ancien détracteur numéro un du Kremlin cherchait un lieu pour un « adieu public » mais se voyait « refuser » toute demande, les autorités faisant pression selon eux sur les lieux funéraires.

« Nous avons fait appel à la plupart des agences funéraires privées et publiques, des lieux commerciaux et des salles funéraires. Certains d’entre eux disent que l’endroit est complet. Certains refusent quand on évoque le patronyme “Navalny“ », expliquait encore ce mardi Kira Yarmysh sur Twitter. « Partout, ils refusaient de nous donner quoi que ce soit. Quelque part, on nous a dit que c’était interdit », a confirmé ce mercredi Ivan Zhdanov, directeur de la fondation anti-corruption d’Alexei Navalny, fustigeant « le Kremlin et (Sergueï) Sobianine », le maire de Moscou et proche de Vladimir Poutine.

Scrutin présidentiel prévu entre les 15 et 17 mars

Ces obsèques pourraient en effet mobiliser en nombre les partisans de l’ancien opposant numéro un à Vladimir Poutine et ainsi être gênantes pour le maître du Kremlin, qui se prépare à un nouveau sacre à l’issue d’un scrutin présidentiel sans opposition prévu du 15 au 17 mars. Le président russe, qui doit s’exprimer jeudi face à l’Assemblée fédérale pour son discours annuel à la Nation, n’a lui toujours pas réagi à la mort de son principal détracteur, qui avait survécu de justesse en 2020 à un empoisonnement dont il accusait déjà le maître du Kremlin, malgré ses dénégations.

Les premiers hommages à Alexei Navalny, sous forme de dépose de fleurs et d’allumage de bougies, avaient été suivis d’arrestations massives par les autorités russes. En l’espace d’un week-end, la justice de Saint-Pétersbourg avait condamné au moins 150 personnes à des peines allant jusqu’à 14 jours de prison.

Les circonstances du décès de l’opposant russe, le 16 février en prison, restent à ce stade toujours floues. Selon les services pénitentiaires russes, il est mort suite à un soudain malaise « après une promenade ». Les partisans de l’opposant, et de nombreux dirigeants occidentaux, ont eux accusé Vladimir Poutine de sa mort, certains évoquant un « meurtre », après trois années de détention.

À voir également sur Le HuffPost :

La dépouille d’Alexeï Navalny a été remise par les autorités russes à sa mère, Lioudmila Navalnaïa

La femme de Navalny, Ioulia Navalnaïa, accuse Poutine d’avoir « pris en otage » la dépouille de son mari