Publicité

Morbihan : après les images choc de L214, deux élevages de porcs voient leur activité suspendue

Deux élevages du Morbihan suspendus sur décision du préfet après des révélations de L214.
L214 Deux élevages du Morbihan suspendus sur décision du préfet après des révélations de L214.

ÉLEVAGE - Des vidéos choquantes aux allures de film d’horreur. Deux élevages porcins appartenant à un même exploitant ont été suspendus par le préfet du Morbihan Pascal Bolot, a annoncé la préfecture ce vendredi 8 mars. Ces deux élevages avaient récemment été visés par une plainte de l’association L214 pour « mauvais traitements » sur animaux. L’association avait pointé leur « état catastrophique, qui laisse penser qu’ils sont à l’abandon » et déclenché une enquête judiciaire.

Dans un communiqué, la préfecture a indiqué que « cette exploitation a déjà fait l’objet, depuis le mois de mai 2023, de plusieurs inspections par les services de l’État spécialisés », qui avaient été « alertés de la situation de ces élevages et dont la dernière visite datait de novembre 2023 ». Ces inspections avaient permis d’y constater des « irrégularités » qui, à l’époque, « ne justifiaient pas de mesures de fermeture administrative mais des mises en demeure ».

Maltraitance et conditions d’élevage insalubres

Ce jeudi, l’association L214 avait rendu publiques des photos et vidéos sur lesquelles on peut voir notamment des cochons aux plaies béantes, des morceaux de cadavres gisant dans une mangeoire mais aussi des truies cohabitant avec leurs porcelets morts.

« Afin de vérifier la correction des irrégularités constatées, et indépendamment de la diffusion de la vidéo par L214, une nouvelle visite des sites de Malansac et de Trédion était programmée », explique la préfecture. « Menée ce jeudi », celle-ci a « fait état de nombreux manquements », tant pour la protection animale que pour la protection de l’environnement.

« Compte tenu de ces éléments, le préfet a décidé, dans l’exercice de ses pouvoirs administratifs, de suspendre, dès ce 8 mars 2024, l’activité de ces deux élevages qui relèvent d’un seul et même exploitant. Cette décision est sans préjudice de l’enquête en cours conduite sous l’autorité du procureur de la République », selon la préfecture.

La suspension de ces élevages n’en reste pas moins considérée par L214 comme une victoire, alors qu’une autre plainte association avait déjà conduit vendredi à la condamnation de l’un des plus gros élevages de porcs bretons. Les deux sociétés exploitantes ont écopé d’une amende de 60 000 euros, dont 20 000 avec sursis pour « maltraitance animale ».

À voir également sur Le HuffPost :

Des centaines de milliers de jeunes saumons tués par un barrage défectueux aux États-Unis

L’océan arctique pourrait être « libre de glace » dès 2035 et c’est une très mauvaise nouvelle pour la planète